Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Pour apprendre la langue des signes, une formation existe enfin à Troyes!

L’enseignement de la langue des signes française est désormais dispensé à Troyes grâce à Visuel LSF, qui a ouvert un organisme de formation destiné aux déficients auditifs comme aux entendants. Une première à Troyes.

C’est une révolution qui est en marche à Troyes. Tout récemment, Visuel LSF Grand Est, organisme de formation à la langue des signes française, qui vient d’ouvrir une antenne à Troyes, a inauguré sa première session d’enseignement de quatre semaines. Pour les personnes souffrant de déficiences auditives et leurs proches, c’est un événement car aucune structure ne proposait cet enseignement dans l’Aube.

« Il fallait aller à Nancy, Mulhouse, Strasbourg ou Paris pour accéder à l’enseignement de la langue des signes. Désormais, à Troyes, nous proposons un centre de formation, avec tous les niveaux de certification et des examens certifiants. Cette formation est reconnue par l’État et des facilités de financement sont accordées », explique Romuald N’Tounta, président de Visuel LSF Grand Est.

Des mères, des enseignantes…

Visuel LSF s’adresse aux déficients auditifs comme aux entendants. D’ailleurs, le premier groupe de formation troyen accueillait des professeurs des écoles démunis face à des enfants sourds, une formatrice du Greta chargée de formation auprès de déficients auditifs et une mère d’un garçon sourd de 2 ans et demi.

À l’heure des présentations, Romuald N’Tounta se réjouit de les accueillir : « On parle partout d’accessibilité, mais l’accessibilité pour un sourd, c’est la langue des signes. L’option langue des signes est au baccalauréat, c’est très bien, mais maintenant il faut passer au cap supérieur, dans les administrations, les services publics, les lieux culturels. Un interprète en langue des signes, ce devrait être obligatoire », commente le président de Visuel LSF Grand Est.

Un sentiment que partagent les participantes à la formation. « Nous accueillons des sourds et avec mon interprète en distanciel, c’est moi qui me suis trouvée en situation de handicap », explique cette formatrice au Greta. Idem pour les enseignantes qui accueillent un élève malentendant cette année. « Je n’ai reçu aucune formation, et c’est dommage, mais j’ai été heureuse de trouver celle-ci », explique l’une d’entre elles. Pour la jeune mère de famille, « cette formation est très importante car mon fils a 2 ans et demi et je veux qu’on me donne les outils pour entrer en communication avec lui, il n’y avait rien avant à Troyes et pour mon fils, c’est maintenant que ça se joue ». « Pour le développement cognitif d’un enfant, la communication, c’est important et 2 ans et demi, c’est un très bon âge pour commencer à apprendre. D’ailleurs, nous allons bientôt mettre en place les cours pour enfants », souligne Romuald N’Tounta.

Les formations peuvent être financées

L’équipe de Visuel LSF précise que « les formations peuvent être financées dans le cadre des droits ouverts à la formation ». La langue des signes, à terme, peut être un nouveau marché porteur, pour les déficients auditifs comme pour les entendants.

« Grâce à la langue des signes, les sourds se créent eux-mêmes leurs opportunités professionnelles et en créent aux entendants. Nos formateurs sont des sourds qui ont désormais un métier, et nous formons aux métiers d’interprète, de traducteur ou de médiateur. Nous allons d’ailleurs embaucher de nouveaux formateurs et nous sommes à la recherche d’un médiateur ou d’un interprète pour assurer l’accueil physique au centre », insiste Romuald N’Tounta.

Accueil et permanence téléphonique, 32, rue Ambroise-Cottet, tél. 03 51 14 70 73 ou 06 46 25 80 41, tous les jours de 8 h 45 à 12 h 15 et de 14 h à 15 h 45.

Source L'Est Eclair - 22 Juillet 2021
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.