Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Volley : Alexandre Nicolas vise la médaille aux Jeux Olympiques des sourds en 2022

Alexandre Nicolas, 33 ans, a le volley dans la peau. Malgré son handicap, il y joue depuis sa plus tendre enfance et a intégré l’équipe de France de volley sourd en 2018. Son objectif est de décrocher une médaille lors des prochains championnats du monde qui auront lieu en septembre en Italie avant l’événement majeur, les Deaflympics (Jeux Olympiques des sourds) en 2022, à Rio au Brésil. Un parcours qui impose le respect et l’admiration.

Dans l’équipe de France depuis 2018

« C’est mon frère, de 8 ans mon cadet, qui m’a donné envie de jouer au volley-ball. J’ai été formé dès l’âge de 6 ans au club de Moulins-lès-Metz où j’ai évolué pendant de nombreuses années, avant de rejoindre le COS Sarralbe où j’évolue désormais en Nationale 3. J’y entraîne aussi l’équipe féminine des moins de 18 ans. J’avais déjà été repéré par la fédération en 2017, mais l’audiogramme ne m’avait pas permis d’intégrer la sélection. Depuis, ma surdité s’est aggravée et j’ai été recontacté en 2018 pour rejoindre l’équipe de France, avec laquelle j’effectue jusqu’à quatre stages par an. »

Développer d’autres sens

La surdité dans la pratique d’un sport collectif n’est pas du tout un obstacle pour le jeune athlète qui a su s’adapter. « Il faut développer d’autres sens, je suis très observateur et j’ai une vision de jeu plus développée, ce qui me permet de communiquer efficacement avec mes coéquipiers. Avec l’âge, j’ai moins d’endurance mais une plus grande technique. »

Arrêt brutal en raison de la Covid

La Covid a stoppé net les différents championnats et entraînements, mais Alexandre ne se laisse pas abattre. « Dès mars 2020, je me suis entraîné seul en vue des championnats du monde et les Deaflympics où je vise la médaille. J’ai fait appel à un coach sportif. Ça me permet de garder la forme et le moral malgré le confinement. L’arrêt brutal en mars a été violent pour nous les sportifs, physiquement et psychologiquement. Je travaille aussi mon endurance à vélo de route et je sors parfois en VTT pour l’adrénaline. »

À la recherche de partenaires

« Dans le cadre de la préparation à ces championnats, je recherche pour une session extérieure trois à cinq personnes pour un 2×2 ou 3×3 (les sessions extérieures sont actuellement autorisées jusqu’à six personnes max). Je recherche également une personne pour des sessions en intérieur, couvert par ma dérogation comme training partner, le mercredi, de 14 h a 17 h, sur Sarralbe. » L‘équipe de France de paravolley recherche également des sponsors.

Source Le Républicain lorrain - 21 Avril 2021
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.