Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

A Dieppe, des atelier de langue des signes pour faciliter la vie des élèves en situation de handicap

Signe sans frontière et l’association AESH 76 préparent des ateliers de pratique de la langue des signes à Dieppe pour faciliter le vécu des élèves en situation de handicap.

C’est une rencontre envisagée depuis plusieurs mois et un projet qui est en train de se concrétiser à Dieppe (Seine-Maritime).

Les AESH, les accompagnants d’élèves en situation de handicap de la région, et Lucie Zingué-Pichon, coordinatrice et intervenante de l’association Signe sans frontière, préparent ensemble une série d’ateliers de pratique de la langue des signes.

Pour l’association AESH 76, il s’agit d’une formation autofinancée répondant à une volonté de ses membres.

« C’est un outil de plus pour enrichir notre pratique professionnelle, se félicite Lysiane Claire, la présidente.

Nous avons engagé des démarches administratives pour obtenir des subventions et aujourd’hui cela nous permet d’avoir un budget pour la tenue de ces ateliers ».

Une pratique utile en classe

Ces ateliers, Lucie Zingué-Pichon les veut ludiques et participatifs.

Elle n’envisage pas une formation au sens théorique du terme. Son expérience l’a conduite à en animer tout au long de l’année auprès de personnes malentendantes ou présentant des troubles dys, mais aussi auprès de personnes qui ne présentent pas ces troubles.

« Il s’agit pour notre association de fusionner deux communautés : celles des sourds et celle des entendants. C’est cela l’inclusion. Le nom de notre association vient de là : abolir la frontière entre ces deux communautés » dit-elle.

Autisme et troubles dys

Katucia Saint-Saëns est AESH au collège. Elle précise qu’il y a une très forte demande de la profession pour être sensibilisée à la langue des signes parce qu’au-delà de la surdité, cette pratique est efficace chez les élèves présentant des troubles autistiques.

« Un enfant autiste a besoin de parler en classe. Quand le professeur demande le silence, il ne comprend pas toujours cette injonction car lui n’a pas eu le temps d’exprimer un besoin. Le dialogue avec son AESH doit pouvoir se poursuivre en silence, d’où l’intérêt de ce langage » explique l’AESH.

C’est donc toute une culture qui est à explorer, car selon Lucie Zingué-Pichon, cela est aussi valable pour les enfants qui présentent des troubles dys : « Pour les enfants, il y a une logique naturelle dans la langue des signes. Ils l’apprennent avec facilité car ils pensent en images. »

Aux vacances de la Toussaint

Pour l’heure, il s’agit de préparer ces ateliers qui auront lieu à la rentrée prochaine à partir des vacances de la Toussaint.

Tandis que les AESH vont repérer des situations spécifiques qui, dans le cadre scolaire, auront besoin d’un apport en langue des signes, Lucie Zingué-Pichon proposera des applications pratiques à travers des mimes, jeux de rôle, travail sur des images…

Les séances se dérouleront tout au long de l’année scolaire et les participants créeront ensemble des supports en fonction des situations repérées.

Un pas de plus pour les AESH

Unique en France, l’association AESH 76 s’est donnée pour objectif de participer à des événements autour du handicap et tisser des liens avec des structures existantes.

« Nous avons pour mission d’accompagner les élèves en situation de handicap dans la vie sociale et relationnelle et de leur faciliter l’accès aux apprentissages en apportant une aide aux tâches scolaires, conclut Lysiane Claire. Cette initiative en partenariat avec Signe sans Frontière s’inscrit dans notre démarche ».Infos pratiques
AESH : assoaesh76@gmail.com
Signe sans frontière : Deux communautés pour s’entendre
Pôle service de Dieppe, 38, rue Cité-de-Limes. Plus d’informations sur Facebook : Signe sans frontière.
Courriel : ssf.asso@ outlook.fr

Source actu - 20 Avril 2021
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.