Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

“Je ne peux plus lire sur vos lèvres”: le cri de colère des sourds à l’heure du covid

Le port du masque obligatoire nous protège mais pour les personnes sourdes ou mal-entendantes, le masque chirurgical est devenu une source de handicap supplémentaire. Mathilde Lauret, sourde profonde, nous raconte ce qu’elle vit au quotidien depuis le début de la crise sanitaire.

Près de 34 000 Réunionnais sont atteints de déficience auditive, pourtant, en dehors des traductions signées des conférences de presse de la préfecture, rares sont les dispositifs mis en place pour accompagner les sourds dans cette période de crise sanitaire.

Comment lire sur des lèvres masquées ?

Pour comprendre les entendants, de nombreuses personnes sourdes ou mal-entendantes s’aident du mouvement des lèvres de leur interlocuteur. Depuis le 20 juillet 2020 et l’obligation de porter un masque dans les lieux publics, le mode de communication oral pratiqué par de nombreuses personnes sourdes n’est plus. “On se retrouve face à des personnes masquées, du coup la communication est encore plus difficile que les années vécues auparavant où toutes les personnes ont les lèvres cachées” indique Mathilde.

Les expressions du visage cachées derrière l’opacité du masque entravent les démarches quotidiennes de la jeune femme actuellement à la recherche d’un emploi après l’obtention de son master d’Art. Mathilde Lauret regrette que les sourds soient les grands oubliés de la crise sanitaire.  

Masque inclusif indisponible

Des industriels français se sont intéressés à la situation des près de 5 millions de français souffrant de déficit auditif. Au lendemain de l’obligation du port du masque une entreprise toulousaine obtenait le feu vert des autorités pour produire le premier “masque à fenêtre” en France et en Europe. En janvier dernier, la Caisse Nationale d’Allocations Familiales avait même distribué des centaines de masques transparents aux personnels des crèches et des Maisons d’Assistants Maternels. Ces masques n’ont cependant pas fait l’objet d’une distribution dans les services publics de l’île. Et sur la trentaine de pharmacies que nous avons contacté, aucune n’était en mesure de nous proposer un masque inclusif.  

Du mal à écouter les demandes des sourds

Lors des dernières universités du Conseil national consultatif des Personnes handicapées (CNCPH) en août dernier, Jean Castex s’était fait remarqué par sa prise de conscience. Le premier ministre français habillé de son masque inclusif indiquait vouloir “ajouter les masques à fenêtre permettant la lecture labiale à la liste de masques recommandés par les pouvoirs publics”. 7 mois plus tard, cette circulaire n’a pas encore vu le jour.

Mathilde Lauret remarque que ce sont les services publics qui sont les plus à la traîne en ce qui concerne l’inclusivité des personnes sourdes. “On ne se comprend plus, il n’y a plus de communication. Le secteur privé est plus ouvert à la communication. Ils acceptent d’écrire sur un téléphone, sur un bout de papier, de communiquer par mail, de communiquer par SMS… et les services publics non”, pointe la jeune femme.

Source 6 Avril 2021 - Journal de l'île de La Réunion
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.