Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Il obtient son permis poids lourd malgré sa surdité

Maxime Dano, 24 ans en décembre, atteint de surdité profonde, a obtenu son permis poids lourd après de nombreuses difficultés. Il est employé dans l’entreprise de son père, AT Propreté Services, depuis le mois de juillet. « J’avais besoin de lui faire passer son permis poids lourd (C) pour pouvoir l’embaucher, explique Fabrice Dano, directeur de l’entreprise et père du jeune homme. Je me suis renseigné auprès de l’Akto, organisme de collecte et de formation pour les entreprises, qui m’a dit que c’était bon pour la prise en charge. »

Parcours du combattant

Mi-juin, j’ai contacté deux auto-écoles (à Eysines et Pessac). L’une m’a dit on va se renseigner, l’autre m’a demandé de faire passer une visite médicale à Maxime. Il a déjà son permis voiture, il a été l’un des premiers candidats atteints de surdité profonde à l’obtenir, il a été reconnu apte pour passer le poids lourd. Je suis revenu vers les deux auto-écoles. Une m’a conseillé d’aller voir ailleurs, l’autre ne m’a jamais rappelé. J’ai failli abandonner, quand un membre d’Atko s’est manifesté pour savoir où j’en étais dans mes démarches et m’a proposé son aide. Elle m’a dirigé vers Cap Emploi gironde, une association impliquée dans le handicap et le recrutement, à Bordeaux, et cette dernière m’a trouvé l’auto-école Estève formation à Artigues. L’Irsa (Institution régionale des sourds et des aveugles), partenaire de Cap Emploi Gironde, met en place l’aide à la formation avec des interprètes. »

Des structures à l’écoute

Maxime a un implant qui lui permet d’entendre les bruits et il doit conserver la partie amovible pour conduire. Il a obtenu son permis poids lourd et sa formation Fimo (Formation initiale minimum obligatoire) après un mois de cours via l’Aftral (organisme de formation initiale et continue en transport, logistique et sécurité à Artigues) avec juste 20 heures d’interprète (le 24 octobre). « On s’est beaucoup battu pour notre fils et grâce à ses 5 partenaires qui nous ont bien aidés, Maxime a pu avoir son permis et va intégrer la société, se réjouit Fabrice Dano. Je suis heureux d’avoir pu trouver des solutions pour mon fils, mais je suis déçu par l’attitude des deux premières auto-écoles. Le handicap ne doit pas être un frein à la vie professionnelle. »

Source Sud Ouest - 31 Octobre 2021
1 commentaire
  1. Anne-Laure GILLE dit

    Bonjour
    De quand date l article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.