Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Ils sont sourds, travaillent et portent le masque

Le rendez-vous est donné après leur journée de travail. Elle débute tôt pour Kamil Tulczyjew. Le Polonais d’origine de 36 ans, arrivé en France à l’âge de 6 ans, travaille dans une pâtisserie. Il embauche à 3 h 30 et termine à 12 h 50.La Ploufraganaise, Nathalie Delsaut, 54 ans, est dessinatrice au sein d’une collectivité et a des horaires de bureau. Dans le cadre de la Journée nationale de l’audition, les deux Costarmoricains, sourds de naissance, ont accepté de témoigner sur ce qu’est devenue leur vie depuis la généralisation du port du masque, en raison de la crise sanitaire.Pour Kamil, « c’est plus difficile de communiquer avec le masque au travail. Avant, on pouvait échanger en faisant de la lecture labiale. On ne voit plus rien avec le masque. On porte des masques chirurgicaux à la pâtisserie. Quelques collègues signent un peu. On passe beaucoup par l’écrit. On se laisse des mots, des notes, comme pour les commandes. Porter un masque toute une journée, c’est long, même si je fais des petites pauses. C’est à ces moments-là que je peux l’enlever un petit peu. Ça fait un an qu’on le supporte. C’est lourd  ».Pas de télétravail possible pour lui dans son domaine. « Avant, on se débrouillait. Le masque, c’est un poids supplémentaire. Avec la chaleur du four, on a soif, ça donne la gorge sèche… »Nathalie, elle, travaille deux jours par semaine à domicile, depuis novembre. Porter le masque en continu n’est pas, non plus, une sinécure. « Ça m’arrive de le baisser de façon brève, à mon poste, quand il n’y a personne près de moi. Parfois, on le retire quand on échange à distance. On mime un peu, les échanges sont courts. Dès qu’on se déplace, il le faut partout. Dans la rue aussi. On dispose de masques inclusifs, mais les gens ne les mettent pas. C’est plus compliqué de dialoguer. Ça ne donne plus envie. C’est long, très long… Oui, j’en ai marre. On ne peut pas lire sur les lèvres. » Alterner le télétravail et une présence au bureau lui « fait du bien ».À la maison, Kamil vit avec sa sœur. Si au début de la pandémie, « les échanges par visio étaient plus nombreux, aujourd’hui, ça s’amenuise, c’est de moins en moins ». Les interactions sociales via l’écran se sont beaucoup réduites. « Ça va, tempère néanmoins le trentenaire, dans un sourire. C’est le rythme métro, boulot, dodo. Mais je prends du temps pour m’aérer. On se balade en famille, en forêt. Je n’ai pas envie de rester passif chez moi ». Recevoir des amis est devenu « rare ». Et la prudence reste toujours de mise.Dans les magasins, Nathalie avoue « ne rien comprendre avec les masques. Ceux qui acceptent de le baisser peuvent mimer à distance. Certains refusent fermement. On ne voit pas les sourires ».Quand il y a une vitre, comme à la pharmacie, « les commerçants ôtent plus facilement le masque. Avec des inconnus, c’est plus difficile », glisse Kamil.Le week-end, « je me promène avec mon mari. On marche. Je fais de la gym en suivant des programmes à la télé. On invite parfois un ami ou deux, mais c’est très exceptionnel. On fait attention », dit Nathalie. L’entrain s’est envolé.« Il y a de moins en moins de rencontres, consentent-ils tous les deux. Les confinements successifs ont tout chamboulé. On s’éloigne les uns des autres. » Il y a moins de communication spontanée. Moins de naturel. « Le moral est en berne. » Même si la période de l’été a représenté une bulle d’oxygène, « Noël n’a pas eu la même saveur que les années précédentes », confesse Kamil, qui l’a célébré en nombre limité. « On s’efforce de patienter. » Jusqu’au jour, très attendu, où le masque disparaîtra de notre quotidien.

Source Ouest-France - 10 Mars 2021
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Pour débloquer Sourds.net dans votre bloqueur, il vous suffit de :

> Cliquer sur l\\\'icone de votre bloqueur de pub en haut de votre navigateur

> Puis cliquer sur le bouton de désactivation

Rafraîchir