Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

À Château-Thierry, pour les sourds et malentendants tout passe par l’expression du visage

Pour les sourds et malentendants le masque est un obstacle à la compréhension. Or, la langue des signes est très peu répandue. Des cours sont pourtant possibles.

Les sourds et malentendants, victimes oubliées de la pandémie et du port du masque obligatoire. Leur vie au quotidien n’a guère fait la une de l’actualité ces derniers temps, pourtant, certains gestes barrières compliquent fortement leur existence. « Tout passe par le visage », insiste Angélique Guibert-Dutruge, présidente de l’Association des sourds et malentendants de l’Aisne (ASMA), basée à Château-Thierry, et l’une des rares castelles à signer, autrement dit à pratiquer la langue des signes.

Lorsqu’on signe le mot douleur, le visage va indiquer le niveau de la douleur

Elle poursuit : « La pandémie est en effet également un phénomène qui impacte lourdement les interactions sociales pour les personnes touchées par des troubles de la communication verbale et non verbale entraînant des limitations dans la réussite scolaire et la performance au travail. »

Même s’il constitue un élément clé des règles sanitaires actuelles, le masque est ainsi un obstacle majeur pour ces personnes handicapées. Angélique Guibert-Dutruge continue : « Le masque est davantage une contrainte pour les sourds et malentendants mais aussi toute autre personne s’appuyant sur la lecture sur les lèvres (ou labiale), et l’expression faciale, qui sont un moyen de communication non verbale. »

L’expression faciale représente donc un indicateur qui complète le signe pour donner une information complémentaire. La présidente de l’Asma donne un exemple concret : « Lorsqu’on signe le mot douleur, le visage va indiquer le niveau de la douleur. Pour les personnes malentendantes appareillées, le masque va être utile pour compléter le son de la voix en s’appuyant sur la lecture labiale. »

Quant aux personnes souffrant de troubles de la communication liés à une particularité du comportement : «  Elles ont besoin d’un contact visuel qui va leur indiquer s’ils ont bien fait ce qu’on leur demande mais également va les rassurer et les mettre en confiance pour travailler dans de bonnes conditions. »

Des cours donnés rue de Fère

C’est peu dire que la communication est un art difficile, qui ne passe pas seulement par le message : « La réalité est plus complexe : il y a aussi le choix des mots, le langage corporel, l’observation des signes non verbaux émis par l’autre », ajoute Angélique Guibert-Dutruge.

Résultat de ce contexte angoissant selon elle : « Un appauvrissement des relations, et, pour les personnes touchées par un trouble de la communication, un sentiment de solitude important et le regret de ne pas avoir d’amis ou d’en avoir trop peu. »

La connaissance de la langue des signes et l’un des moyens pour tenter d’atténuer cette marginalisation des sourds et malentendants. Or, à Château-Thierry notamment, très peu de monde la maîtrise. L’Asma a donc comme mission de la faire connaître, par le biais de cours donnés dans son local de la rue de Fère. Angélique Guibert-Dutruge, qui dispense ces cours et accompagne parfois des sourds et malentendants lors de courses qui peuvent s’avérer complexes (à la pharmacie par exemple), insiste sur la notion de bénévolat qui doit prévaloir dans cette démarche.

Soixante-dix masques inclusifs distribués

Les membres de l’ASMA, en partenariat avec l’association de prévoyance santé du Soissonnais (ADPS), représentée par Corinne Hugon, ont œuvré dans l’objectif de repérer les besoins sue le secteur de Château-Thierry. « Nous nous sommes investis dans la mission d’aller à la rencontre des professionnels en contact avec des personnes gênées par des troubles de la communication », explique encore Angélique Guibert-Dutruge. Soixante-dix masques inclusifs ont ainsi été remis au collège Saint-Joseph, à l’école maternelle Sainte-Marie-Madeleine, à l’école primaire d’Étampes-sur-Marne, à l’Apajh (pôle autiste) de la maison d’Éloïse, à la MAS pôle jeune adulte, à l’APEI des Deux Vallées pôle enfance. « Ces masques ont été accueillis avec enthousiasme par les professionnels », indique-t-elle.

Contact ASMA, rue de Fère à Château-Thierry. Tél 07 68 77 88 82. Ou Asma.aisne@gmail.com

Source L'Union - 1 Décembre 2020
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.