Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Robert: 100 ans de silence et de volonté

Sourd-muet, Robert Detournay fêtait ses 100 ans ce vendredi. Il serait bel et bien le premier en Belgique!

Accueilli par une sympathique aide ménagère qui épaule plusieurs fois par semaine celui qui vient de souffler les 100 bougies de son gâteau d’anniversaire, on ne s’attendait pas vendredi en fin de matinée à devoir effectuer l’interview d’un sourd et muet. L’accueil et le sourire de la vedette du jour ont très vite estompé cette courte inquiétude.

Assis dans un décor marquant l’événement, Robert Detournay est le premier homme sourd à atteindre le siècle d’existence en Belgique, nous explique Robert Trifin, ami du centenaire et traducteur en langue des signes, qui a eu l’amabilité de nous retracer le parcours de Robert Detournay. «Nos membres de l’association des Sourds et Malentendants du Tournaisis souhaitaient que Robert ait une vie heureuse et longue! Voilà, Robert centenaire…».

Vierge Noire, Coopérative, Torina… le Tournai d’après-guerre

Né à Fontenoy le 19 février 1921, Robert Detournay est sourd de naissance. Ses parents, Émile Detournay et Louise Debaisieux, étaient sourds-muets. Robert a épousé Denise Dupuich, également sourde. Celle-ci est décédée en août 2012, à l’âge de 90 ans. Le couple n’a pas eu d’enfants.

Élève de l’Institut royal des Sourds et Aveugles de Woluwe Saint-Lambert, Robert a quitté cet établissement à l’âge de 19 ans. Il a d’abord travaillé en qualité de tailleur indépendant, puis dans le grand magasin la «Vierge Noire», implanté au carrefour du Dôme à Tournai. Après avoir transité par la SNCB, il a œuvré à la Coopérative l’Avenir de Tournai et enfin à la chemiserie Torina où il était chargé de la vérification.

Fondateur de «l’amicale silencieuse»

Dans un tout autre registre, en 1948, Robert Detournay et Maurice Fiévet décidèrent de créer une société de sourds et muets. Le 6 février 1949, les deux compères accueillaient une trentaine de sourd(e)s et malentendant(e)s du Tournaisis au local la «Maison ouvrière» à la rue Roc Saint-Nicaise à Tournai.

Cette première réunion a pu voir le jour grâce à la complaisance de l’abbé Suys, le curé de l’église Sainte-Marguerite. La société se nomme alors «Amicale silencieuse du Tournaisis». Robert y occupe les fonctions de secrétaire-adjoint, puis de secrétaire. En 1984, cette amicale s’est affiliée à l’ASBL «L’Association des sourds et malentendants du Tournaisis». Cependant, selon les vœux du comité, le titre de la RAST est restée inchangé. En 1999, pour ses 50 ans d’existence, le cabinet du roi attribuait à l’association le titre Royal.

Sportif et assidu du cochonnet, Robert est aussi membre depuis 38 ans de la section pétanque du «Sporting-club Sourds du Tournaisis». Et comme le signalent ses proches et amis, «Robert, malgré son âge, aime bien assister régulièrement à la réunion du comité de l’ASMT».

Les amis au rendez-vous

En véritable Vallois et ami, Georges Ladavid était de la partie. L’ancien échevin de la Ville de Tournai n’était pas venu les mains vides, comme il se doit. Au nombre des invités, on relevait la présence de la présidente de «L’association des Sourds et malentendants du Tournaisis» et de quelques membres de l’ASBL. Tous, à juste titre, ont sacrifié à la tradition de déguster un verre de champagne.

Source L'Avenir - 20 Février 2021
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.