Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

À Laroiseau, les bambins communiqueront par signes

La microcrèche Câlins Doudou Vannes (Morbihan) ouvrira le 4 janvier 2021, à Laroiseau. Sanâa El Mokadmi, sa directrice, y pratiquera le langage des signes avec les enfants, afin qu’ils associent un geste à un mot.

En plus d’ouvrir une nouvelle crèche à Vannes (Morbihan), Sanâa El Mokadmi offre un concept. Le 4 janvier 2021, sa microcrèche Câlins Doudou Vannes ouvrira ses portes dans le secteur Laroiseau de Vannes. Sa particularité ? Elle y pratiquera le langage des signes avec les enfants.

Accueil de dix enfants

Après quinze années dans l’univers de la petite enfance, Sanâa El Mokadmi a sauté le pas et a décidé d’ouvrir son propre accueil, un réel  aboutissement  pour cette cheffe d’entreprise. Avec une superficie de 138 m2 et un petit jardin de 50 m2, la gestionnaire de Câlins Doudou Vannes accueillera dix enfants.  Nous espérons pouvoir en garder douze , explique Sanâa El Mokadmi, dans l’attente d’un décret.

Pour lui prêter main-forte, la directrice de la structure va s’entourer de trois personnes : Camille, éducatrice de jeunes enfants ; Juliette, détentrice du CAP petite enfance ; et une troisième personne, dont le recrutement par visioconférence est en cours :  J’espère embaucher une auxiliaire de puéricultrice ou un autre CAP petite enfance. 

Associer un geste à un mot

Le petit plus de cette microcrèche ? Le langage des signes que mettra en place Sanâa El Mokadmi dès l’ouverture. Cette méthode, née aux États-Unis dans les années 1980, consiste à apprendre aux bambins à signer quelques mots-clés qui reviennent régulièrement dans le quotidien. Les enfants ne sont ni sourds ni malentendants mais apprennent à extérioriser un besoin autrement que par les pleurs. En clair, ils associent un geste à un mot.  J’étais très sceptique de cette pratique il y a quelques années, explique la directrice, jusqu’à voir l’année dernière un enfant de deux ans communiquer par signes avec son éducatrice. Je suis tombée amoureuse de cette façon de faire.  Partout en France, les professionnels de la petite enfance portent le masque en crèches,  les signes associés à la parole peuvent diminuer l’éventuel risque d’incompréhension , précise Sanâa El Mokadmi.

Pour mettre en place une telle discipline, la nouvelle crèche fera intervenir une formatrice, au mois de janvier, pour former l’équipe.  Je pense que c’est un plus pour les parents. D’ailleurs, j’ai une petite quinzaine de familles d’ores et déjà engagées à mes côtés. 

Source Ouest-France - 19 Novembre 2020
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.