Des masques transparents pour certains enseignants

Les enseignants qui travaillent avec des élèves sourds et malentendants auront droit à des masques transparents pour les aider à communiquer.

Le canton de Vaud est passé aux masques transparents dans certaines de ses classes. L’objectif consiste principalement à équiper les enseignants qui travaillent avec des élèves sourds et malentendants.

Ces masques lavables sont conçus avec une visière en plastique entourée de tissu. Au total, 6800 d’entre eux seront livrés d’ici à la fin de la semaine aux quelque 1000 enseignants vaudois au contact avec des élèves sourds et malentendants, indique jeudi Nathalie Jaunin, directrice générale adjointe à la Direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO), interrogée par Keystone-ATS.

Elle ajoute que le canton de Vaud souhaite ensuite élargir l’utilisation de ces masques à d’autres types d’enseignement: cours de français à des élèves allophones ou à des enfants aux besoins particuliers, comme dans les cas d’autisme. «L’importance de voir le visage est très marquée pour ces élèves», relève Mme Jaunin.

Les enseignants qui travaillent pour le premier cycle primaire pourront aussi être équipés à terme. «Le bas du visage est très important chez les petits pour la construction du lien ou par exemple dans le processus d’apprentissage de la lecture», poursuit-elle.

Outre les enseignants, d’autres professionnels seront concernés, comme les logopédistes et les assistants à l’intégration. La collaboratrice du DGEO note aussi qu’il faudra «peut-être se poser la question» d’équiper les élèves du secondaire I, où le port du masque est obligatoire.

Vingt lavages

Si le processus a pris «un peu de temps» depuis l’été, cela s’explique par les contrôles de qualité et, surtout, le choix d’un fournisseur, relève Mme Jaunin. Elle raconte qu’il n’a pas été simple de trouver un fabricant capable de livrer des masques transparents de qualité et en quantité suffisante.

Le canton de Vaud s’est finalement tourné vers un fournisseur français. Lavables vingt fois, ces masques reviennent à 80-85 centimes la journée. A titre de comparaison, les masques jetables habituels, dont les enseignants utilisent deux pièces par jour, coûtent 50-60 centimes la journée.

Enseignant au collège des Bergières à Lausanne, Matthieu Macchi a pu tester ces masques depuis trois semaines, lui qui compte un élève malentendant dans sa classe. «On s’y habitue vite, d’autant plus que les bénéfices sont importants. L’élève atteint de surdité peut lire sur mes lèvres. Tous les autres élèves en profitent également: on arrive plus facilement à faire passer des émotions, ce qui n’était pas possible avec le masque chirurgical», raconte-t-il.

Source 17 Décembre 2020
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.