Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Une série de dessins animés offre une introduction à la langue des signes américaine

Le Canada a un long chemin à parcourir en matière d’accessibilité, selon l’artiste Dawn Birley

L’artiste Dawn Birley veut ramener les dessins animés de son enfance, mais cette fois en American Sign Language (ASL), soit la langue des signes américaine.

Cet été, elle a travaillé avec un dessinateur d’animation et elle a réalisé une série de trois vidéos pour enfants intitulée I Am Puff (Je m’appelle Puff).

Cette série est basée sur un personnage qu’elle a créé pour la scène en Finlande en 2013. Là-bas, elle s’est produite en langue des signes finlandaise. Plus tard, lors d’un voyage en France, elle a fait une tentative en langue des signes internationale.

Les enfants en étaient dingues, se réjouit-elle.

Mme Birley est finlandaise et canadienne. Elle affirme que le Canada est particulièrement à la traîne en matière d’accessibilité, notamment pour les jeunes.

Elle explique qu’il existe des programmes de langue des signes en Europe et ailleurs dans le monde, alors que le Canada n’en a aucune.

Je viens d’une famille de personnes sourdes depuis trois générations, relate Mme Birley. Ma sœur et moi nous levions toujours à cinq ou six heures du matin pour regarder les dessins animés. Nous nous asseyions, les yeux rivés à l’écran.


À cette époque, bien entendu, il n’y avait pas de sous-titrage. Cependant, les dessins animés d’alors étaient si expressifs, les visages étaient si mobiles… Nous n’avions pas besoin de sous-titrage pour suivre les intrigues. Nous exploitions notre imagination pour combler ce qui nous manquait en dialogues.

Mme Birley affirme que les dessins animés ont considérablement changé depuis son enfance. Ils font davantage appel à l’écoute et aux informations auditives.

Aujourd’hui, je ne pourrais pas regarder et suivre les dessins animés sans sous-titrage, tant ils sont différents, souligne-t-elle.

Bloquée en Finlande à cause de la pandémie, elle a passé l’été à créer une version vidéo numérique de Puff, son personnage de scène.

Elle souhaite ramener le côté physique et l’expressivité, dans un mélange d’action en direct et d’animation, ainsi que d’ASL et d’anglais parlé. Pour les enfants.

Même si nous parlons de plus en plus de diversité dans la société, les personnes sourdes ne sont jamais mentionnées, déplore Mme Birley. Je pense que nous ne sommes pas prises en compte. Nous sommes toujours le dernier des soucis.

Il est tellement rare que je me voie réellement représentée dans les médias… Je crois qu’il est vraiment important, pour les enfants vivant avec de la surdité, de pouvoir voir des personnages qui leur ressemblent, ajoute-t-elle.

Les épisodes d’I Am Puff durent environ cinq minutes et proposent une introduction à la culture sourde, un sujet que la population générale ne connaît pas beaucoup, selon Mme Birley.

Je pense que beaucoup de personnes entendantes ne se rendent même pas compte que nous avons notre propre culture, notre propre langue, notre propre mode de vie, déplore-t-elle.

Idéalement, Mme Birley aimerait que sa série soit diffusée à la télévision, avec de nouveaux épisodes et des saisons complètes, afin qu’un plus grand nombre d’enfants au pays puissent la voir.

Je suis très inquiète pour les jeunes sourds et sourdes qui restent à la maison en ce moment, confie-t-elle. Il est important de savoir que 90 % de ces jeunes viennent de familles entendantes. Ces enfants ne profitent pas d’un accès précoce à la langue des signes. On ne peut qu’imaginer l’isolement qui en découle.

Source Société Radio-Canada - 15 Décembre 2020
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Pour débloquer Sourds.net dans votre bloqueur, il vous suffit de :

> Cliquer sur l\\\'icone de votre bloqueur de pub en haut de votre navigateur

> Puis cliquer sur le bouton de désactivation

Rafraîchir