La main des sourds

Cette crèche de Saint-Étienne utilise la langue des signes pour pallier le port du masque

La crèche Les Pillous, à Saint-Étienne dans la Loire, forme ses encadrants à la langue des signes depuis 2015. Depuis que le port du masque est obligatoire pour les adultes, cette communication par les gestes est vite devenue indispensable pour garder le lien avec les tout-petits.

A la crèche Les Pillous, enfants et éducatrices communiquent notamment via la langue des signes

Le crèche Les Pillous, à Saint-Étienne dans la Loire, forme ses encadrants à la langue des signes depuis 2015. Les enfants et parents apprennent eux aussi un répertoire de gestes du quotidien. Des gestes devenus très utiles depuis l’obligation de porter le masque : la langue des signes vient pallier la disparition des expressions du visage à cause du masque.

La langue des signes au secours des encadrants masqués

Encore“, “papa“, “maman“, “boire” ou “changer la couche” : pour chacun de ces besoins ou mots essentiels, correspond un geste qu’ont appris les encadrants de la crèche des Pillous, et que connaissent bien désormais les enfants. “Même si certains signes sont un peu déformés, on devine quand il les font, sourit Liliane, éducatrice pour les plus grands (2-3 ans). On les apprend et on les répète à travers les chansons.”

Si les enfants dont elle s’occupe commencent à parler, et sont donc d’autant plus attentifs aux mots qu’elle prononce, “avec le masqueon n’a que le regard vraiment pour communiquer avec eux. Ils ne nous voient pas prononcer les mots, c’est perturbant.” Les signes viennent donc accompagner et expliciter la communication.

L’enjeu est encore plus crucial pour les tout-petits, qui grandissent et apprennent en observant le visage de leurs éducatrices. “Ils ne voient pas nos expressions à cause du masque, ils ne voient pas quand on sourit, ils ne voient pas quand on est fâché, soupire Virginie, animatrice. Mais avec le signe, ils peuvent comprendre ce que l’on veut dire et ce que l’on veut faire ressentir.” 

“Pas un outil miracle”

Selon certains psychologues, dissimuler son visage a bien un impact sur le développement de l’enfant. la directrice de la crèche, Laurianne Duclos, en est consciente. Si elle est ravie de voir la langue des signes bien fonctionner depuis mi-septembre, avec des retours positifs de ses animatrices, elle songe aussi à d’autres outils.

La crèche Les Pillous a choisi 20 signes de base à apprendre aux encadrants, comme aux enfants et à leurs parents. 

Parmi eux, le masque transparent, utilisé notamment par les sourds et les malentendants : “cela permet de laisser passer les expressions du visage… mais ils coûtent encore très chers, et ils ne sont pas encore homologués par les autorités de santé.” Elle attend donc cette homologation avant de passer commande pour la quinzaine d’adultes qui prennent soin des 48 enfants de la crèche Les Pillous.

Source France Bleu - 18 Novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.