Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

À Brest, il suffira d’un signe aux assistantes maternelles pour mieux communiquer avec bébé [Vidéo]

En atelier à Brest pendant trois samedis, des nounous du Nord-Finistère ont appris la langue des signes pour mieux communiquer avec les tout-petits dont elles ont la garde avant leur acquisition de la parole. Les bébés sont unanimes : « Encore ! ».

Depuis quatre ans, Natacha Samuel-Patural enseigne les rudiments de la langue des signes à des assistantes maternelles. Elle apprend à ces professionnelles de la petite enfance à associer des gestes simples à des mots du quotidien pour permettre aux tout-petits de formuler leurs besoins et ce, avant même de savoir parler. « J’ai découvert la langue des signes quand j’étais militaire. Depuis, cela m’a donné envie de transmettre tout ce vocabulaire aux adultes qui travaillent autour de la petite enfance », explique la formatrice autoentrepreneuse, qui propose ses services à différents organismes de formation continue.

« Réduire les frustrations »

C’est ainsi que pendant trois samedis, à Brest, huit assistantes maternelles du Nord-Finistère se sont retrouvées dans une pièce de l’hôtel Center, rue Léon-Blum, pour assimiler un bagage de 400 mots adaptés au monde de l’enfance : les besoins primaires bien sûr (manger, dormir, doudou, changer la couche, donner le bain, prendre la tétée, faire pipi ou caca) mais aussi l’univers des jeux, des animaux, sans oublier les émotions.

Pour Natacha, les bienfaits de ce mode de communication gestuelle avec les tout-petits ne sont plus à prouver. « Dès l’âge de 6 mois, avant l’arrivée de la parole, le bébé est capable de signer des gestes liés à ses besoins et à ses émotions. Cela va permettre à l’enfant de réduire ses frustrations, ses colères et ses pleurs, mais aussi de développer la complicité avec l’adulte, et cela sera profitable pour la suite ».

« Une vraie différence »

Les nounous qui achevaient leur formation ce samedi 14 novembre ont déjà eu l’occasion de tester leurs premiers acquis auprès des enfants dont elles ont la garde. Alors, verdict ? « J’ai senti une vraie différence. Je garde une petite de 8 mois, qui n’était pas facile à coucher. Aujourd’hui, quand je mime l’action d’aller au lit, elle comprend tout de suite », se réjouit Morgane, une professionnelle de Landerneau. Lakbera, assistante maternelle de Brest, qui a l’agrément pour trois petits, a observé la même évolution positive que sa collègue. « Le contact se crée plus facilement, on arrive à capter leur attention, c’est assez bluffant ! ».

Les doigts fermés se rapprochent de la bouche, deux fois : c’est l’heure de manger ! 

Mais n’y a-t-il pas un risque qu’en s’habituant aux gestes, l’enfant prenne du retard dans l’acquisition du langage ? « Non, car on fait toujours un geste et le mot en même temps », rassure Natacha Samuel-Patural. Certaines assistantes maternelles présentes durant ces ateliers envisagent de prolonger l’expérience, en apprenant des comptines. Quant à la formatrice, elle compte bientôt proposer le même type d’ateliers directement aux parents.

Source Le Télégramme - 15 Novembre 2020
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.