La main des sourds

À Dieppe, « Signe sans frontière » favorise la communication entre sourds et entendants

Handicap. L’association « Signe sans frontière » va renforcer le lien entre personnes sourdes et entendantes en organisant des activités communes.

L’association dieppoise «Signe sans frontière» a lancé symboliquement son action «Deux communautés pour s’entendre», le vendredi 11 septembre 2020, à 18 h, dans la cour de l’école Michelet, 38 rue Cité de Limes, quartier du Pollet, à Dieppe. «Signe sans frontière» occupe un local dans un bâtiment municipal annexe, au sein du pôle-services. «Deux communautés pour s’entendre» regroupe «des activités culturelles tous publics, unissant la communauté des personnes sourdes et la communauté des personnes entendantes», résume Lucie Zingué-Pichon, sa fondatrice.

Forte de ses 53 adhérents, dont une dizaine d’intervenants bénévoles, l’association tend à se professionnaliser : Lucie Zingué-Pichon, sa première présidente, en est désormais salariée. La présidence reste en famille, assurée par Jessy Barray, sa sœur. Josette Martinez-Blind, plus connue sous son nom d’artiste-peintre « Maro », en est la secrétaire, et Philippe Fernandez, le trésorier.

illustration d’une activité commune.La cour de l’école Michelet, la place du Val-Druel et une pelouse de la plage avaient servi de décor au tournage cet été, sur la chanson de Corneille, Tout le monde.

Avec des bikers

Lucie Zingué-Pichon précise : «Ils ont été pas moins de 70 personnes à participer à ce projet, que ce soit pour le tournage du clip et pour les ateliers d’écritures slam/poésie en traduction visuelle.»

Trois bikers, venus d’Île de France, ont également participé à l’inauguration. Ils font partie du Harley-Davidson Deaf Bikers France (HDDBF). Basé à Argenteuil, le club rassemble actuellement 52 adhérents, dont 32 bikers, certains étant sourds. Elle a pour objet de réunir les propriétaires de motos Harley-Davidson et similaires, et leurs proches, mais aussi de pratiquer la langue des signes afin de faciliter la communication entre eux. À l’image de «Signe sans frontière», avec son dispositif «Deux communautés pour s’entendre.»

Source Paris-Normandie - 15 Septembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.