A la uneCanada

La nouvelle normalité, une souffrance pour les personnes sourdes

Devant le sentiment d’être trop souvent oublié et de devoir s’adapter à de nouvelles normes sanitaires, dont la distanciation sociale souvent synonyme d’isolement, les personnes sourdes souffrent depuis l’arrivée du coronavirus.

La société ne place pas les personnes sourdes dans ses priorités de façon générale, explique Rytch Newmiller de l’Association des personnes sourdes de Calgary.Elles sont oubliées, leur accès à l’information n’est pas priorisé, que ce soit des vidéos sur Internet, entrevues, des films…

Dès le début de la pandémie, lui et l’équipe de 19 bénévoles de l’association ont cherché à combler les lacunes du système pour éviter que leurs membres se retrouvent seuls face aux difficultés qui émergent dans tous les secteurs de leurs vies : les démarches pour les aides financières, un soutien aussi bien administratif que psychologique ainsi que l’aide aux familles.

Rytch Newmiller a été reconnu par la province dans le cadre du programme “Northern Light” qui récompense les Albertains qui aident leur communauté.

Même le simple accès à l’information nécessitait l’intervention de l’association.

Alors que l’actualité était angoissante pour tous, la communauté des personnes sourdes ne pouvait même pas compter sur les mises à jour du gouvernement.

En effet, la médecin hygiéniste en chef, Deena Hinshaw, a commencé à s’exprimer lors de sa mise à jour concernant la pandémie à la fin du mois de janvier, mais il a fallu attendre la mi-mars pour qu’un interprète apparaisse à l’écran. Des mois de silence pendant lesquels l’association diffusait ses propres mises à jour en langue des signes.

Wanda Warkentin est une interprète sourde qui travaille entre autres avec la Ville de Calgary. Elle déplore que tant de barrières soient toujours dressées malgré une certaine amélioration.

[Vendredi], Jason Kenney a fait une annonce sur la réouverture des commerces à Calgary sans interprète, dit-elle. Alors les gens regardent et attendent l’information. Je connais des propriétaires de commerces sourds, qui ont besoin de savoir s’ils peuvent ouvrir ou pas [leurs magasins].

Rytch Newmiller, Wanda Warkentin et Debra Flaig enregistrent une vidéo pour interpréter en langue des signes l’annonce du premier ministre, Jason Kenney, pour la diffuser à leurs membres.

Quand on lui parle du futur, elle reste inquiète. La nouvelle norme impliquant le port du masque est une difficulté supplémentaire.

Au quotidien, on dépend de la perception des expressions du visage pour en tirer des informations linguistiques. Il y a de la grammaire dans la langue des signes américaine détaille-t-elle.

Avec le port du masque, nous allons perdre, au moins, la moitié de ces expressions faciales dont nous dépendons. Wanda Warkentin, interprète sourde

Elle rappelle que la situation est encore plus dramatique pour les personnes sourdes et aveugles, ou dont la vue déficiente requiert une lecture de la langue des signes en touchant les mains ou les bras des interprètes. Des gants et des mesures sanitaires renforcées sont nécessaires, mais la période est terrible pour elles.

Un quotidien bouleversé

Rytch Newmiller dépeint aussi la triste réalité de la pandémie pour la communauté des personnes sourdes. Toutes les épreuves du quotidien les exclu un peu plus de la société, dit-il.

[La situation] aggrave encore plus l’isolement, affecte la santé mentale, les cas de dépressions empirent. Ne plus avoir de contact avec les gens, ni de communication, ça isole vraiment. Les taux de dépression et suicides augmentent dans la communauté alerte-t-il.

Pour lutter contre cette souffrance silencieuse, les bénévoles de l’association se relaient auprès des plus isolés de la communauté pour tenter de briser cette souffrance silencieuse. Alors chaque jour, les aînés reçoivent des visites de bénévoles comme Rytch et Wanda.

Pour ces derniers qui n’ont pas forcément accès aux nouvelles technologies d’information, c’est l’occasion de connaître les dernières nouvelles concernant la pandémie. Mais au-delà du fait d’informer, c’est avant tout pour les bénévoles l’occasion de prendre des nouvelles, échanger quelques sourires, être ensemble, même à quelques mètres de distance. Un contact souvent tant espéré.

L’implication de Rytch Newmiller a été reconnue par la province cette semaine. Il est lauréat du Programme des aurores boréales qui récompense les Albertains qui aident leurs pendant ces temps difficiles.

Source
https://ici.radio-canada.ca - 25 Mai 2020
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.