A la uneNouvelle-Aquitaine

Christiane, sourde et confinée

Christiane Labbé, 73 ans, Chabriote est née entendante. Après une opération, à 18 mois, elle est devenue sourde. Elle attend le déconfinement pour retrouver ses amis.

Pour un problème de hanche, Christiane Labbé a subi une deuxième opération, à 18 mois. Une intervention qui l’a rendue sourde à 100 %. Pas facile de vivre au sein d’une fratrie de six enfants sans qu’aucun membre de la famille n’ait appris à communiquer avec elle.
La langue des signes (LSF) a, en effet, été interdite de 1880 à 1991 en France alors que c’est un Français, l’abbé Charles-Michel de l’Épée qui fut précurseur de l’enseignement spécialisé dispensé aux sourds.

« Un S majuscule à Sourd »

Trois raisons sont invoquées : la LSF n’est pas une vraie langue – « une langue de singes » –, elle « ne permet pas de parler de Dieu » et, enfin, elle « empêche de bien respirer et favorise la tuberculose ». On demandait aux enfants sourds de pratiquer l’oralité en lisant sur les lèvres. Depuis 2005, la LSF est reconnue comme une langue à part entière. En 2007 a lieu le premier examen au bac en langue des signes.

Christiane Labbé arrête l’école à 11 ans, après un enfer de complications pour apprendre un langage qu’elle n’entendait pas. « Tu es sourde, tu ne comprends rien, tu es handicapée. » Elle trouve un travail dans la confection, à fabriquer des ours en peluche.

Marc Panel, président de l’association Savoirs et partage et professeur de langue des signes auprès de lycéens, lui rend régulièrement visite. C’est en participant à des cours dispensés à Chabris, en 2016, que Christiane fait sa connaissance et découvre l’association.
Le confinement la prive de l’idée même de liberté. Pouvoir sortir, pouvoir échanger. Hors confinement Christiane reçoit la visite d’un ami sourd de Romorantin, elle participe deux fois par mois à des vidéoconférences pour aider les lycéens suivis par Marc Panel à apprendre le langage des signes, elle rencontre les amis de l’association. L’association l’accompagne trois fois par mois pour faire des courses puisqu’elle n’est pas véhiculée.
Elle apprécie particulièrement l’humour décapant des sourds. « Ils sont sains, directs, bruts de décoffrage, ils n’ont pas une once d’hypocrisie, souligneprécise Marc Panel. D’ailleurs, il faut mettre un S majuscule quand on parle des Sourds, c’est une communauté, un pays. »
Christiane a beaucoup d’humour. « Un jour, je la cherchais dans le magasin. Elle est apparue, derrière moi, pour m’asperger avec une salade mouillée ! » Il y a eu des moments heureux dans sa vie, son mariage avec un sourd rencontré dans une association à Argenton-sur-Creuse. « Les sourds s’entendaient bien », s’amuse à dire Marc. Puis la naissance de son fils. Et la rencontre avec l’association Savoirs et Partage, et notamment Marc Panel, a libéré la joie et l’espièglerie enfouies depuis une vie entière chez cette femme, qui aura attendu d’avoir 69 ans pour rire franchement aux éclats avec des amis qui ne la considèrent pas comme une handicapée.
Christiane a gagné en autonomie grâce à l’association, sa vie de sourde n’est plus un fardeau.

Source
https://www.lanouvellerepublique.fr - 30 Avril 2020
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.