Confinement : la langue des signes en chanson

L’artiste fertoise Marie-Laure Thébault reprend La tendresse de Bourvil, un air devenu un peu un hymne en cette période de crise sanitaire. Avec Frédéric Frébourg, ils signent un texte doux et universel pour sourds et entendants.

Comment rapprocher sourds et entendants en cette période de confinement, liée à la crise sanitaire du coronavirus ? Cette question, l’artiste de La Ferté-Bernard (Sarthe) Marie-Laure Thébault a voulu y répondre en postant une vidéo pleine de douceur et de générosité. Elle reprend a cappella le texte de Noël Roux chanté par Bourvil La tendresse. Elle est accompagnée de son ami Frédéric Frébourg – enseignant à MAE Langue des signes – qui traduit les paroles en langue des signes française.

Codes inversés

La vidéo fait la part belle à la langue des signes.  Nous avons choisi d’inverser les codes de la télé où apparaît, dans de trop rares émissions, un simple petit médaillon de traduction , réagit la chanteuse. Ce projet de confinement lui tenait à cœur.  J’aime ce texte à la résonance universelle et qui prend tout son sens aujourd’hui.  Et de citer ce couplet :  Le travail est nécessaire, mais s’il faut rester des semaines sans rien faire, eh bien l’on s’y fait, mais vivre sans tendresse, le temps nous paraît long. 

Marie-Laure Thébault est une militante de la culture sourde. Elle met tout en œuvre pour le rapprochement des communautés sourde et entendante. Éducatrice scolaire puis intervenante artistique à l’École des sourds de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loire), l’intermittente du spectacle, confinée et motivée, a déjà créé plusieurs spectacles mêlant le chant et les signes,  mais aussi du théâtre notamment avec Simon Attia, une star dans la culture sourde ».  D’où me vient ma vocation ? J’ai tendance à dire le hasard, mais très tôt j’ai eu de petits boulots qui m’ont permis notamment d’apprendre à signer et de travailler avec des sourds. 

Donner de la voix

Pas moins de deux semaines de travail ont été nécessaires pour réaliser le clip mis en ligne sur la chaîne YouTube Nous avons dû travailler chaque couplet, la langue des signes ne se traduit pas de façon littérale. Elle a sa propre grammaire et conjugaison, comme toute langue vivante. Il fallait que nous nous accordions, que nous trouvions notre rythme chacun de notre côté, que la voix et le signe soient dans le même tempo.  C’est finalement a cappella, en regardant la vidéo de son ami sourd en train de traduire le texte, que Marie-Laure Thébault lui donne voix.

La tendresse de Bourvil est devenue une sorte d’hymne en cette période de confinement. Elle a été reprise par plusieurs artistes, notamment avec La symphonie confinée menée par Valentin Vander qui a fait le buzz, fin mars.  Cela montre bien que ce texte parle à tout le monde, réunit les gens.  Marie-Laure Thébault et Frédéric Frébourg, eux, signent une vidéo pour tous les confinés, sourds et entendants.

Source https://www.ouest-france.fr - 24 Avril 2020
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.