La main des sourds

Coronavirus A Châlons, découvrez qui est la traductrice en langue des signes des discours de la Ville

Sophie Renard s’est proposée pour traduire en langue des signes les discours du maire.

Sophie Renard a 39 ans. Elle vit à Châlons où elle a grandi et travaille en tant qu’assistante juridique, actuellement en télétravail. Depuis le confinement, elle se contente de rester à la maison pour ses tâches professionnelles habituelles, n’oublie pas de sortir prendre l’air pendant la pause déjeuner, et s’enquiert quotidiennement des nouvelles de son grand-père. Mais ce n’est pas tout. Elle se connecte plusieurs fois par semaine en visio avec ses parents. Pour elle, ce n’est pas quelque chose de nouveau. Ses parents sont sourds.

La jeune femme a donc l’habitude de communiquer en langue des signes par écran interposé depuis longtemps.

Le maire donne un numéro de téléphone pour les personnes qui ont besoin d’aide. Sans sous-titre, impossible pur un sourd de comprendre de quoi il s’agit

Quand elle a vu que le maire de Châlons faisait des retransmissions face caméra de ses conférences de presse « spécial confinement », elle s’est portée volontaire spontanément. « Je me suis dit que les personnes sourdes ne devaient pas être en mesure de comprendre ces informations et d’être aidées, tout simplement. Le maire donne un numéro de téléphone pour les personnes qui veulent avoir un repas du CCAS, ou être mises en contact avec un bénévole pour promener son chien. Sans sous-titre, impossible pour un sourd de comprendre de quoi il s’agit. » Aussitôt dit aussitôt fait. Sur son ordinateur, Sophie a lancé la conférence de presse sur son ordinateur et l’a traduite en direct chez elle, face à son écran de téléphone.

La communication de la Ville a récupéré sa vidéo et l’a incorporée dans celle du maire. Sophie est prête à renouveler l’opération aussi souvent que nécessaire. Cette première expérience, notamment improvisée, lui donne l’impression d’être utile.

Un mot lui a posé problème

Il ne faut pas croire que Sophie parle la langue des signes comme elle respire, bien qu’elle la maîtrise depuis l’enfance. « Il faut toujours se mettre à jour. J’essaie de le faire en regardant sur Facebook des vidéos réalisées par des sourds pour voir comment ils traduisent certains nouveaux mots. » Un mot lui a notamment posé problème, c’est « évolution », pas évident à traduire. Pour le reste, « confinement », « masque » ou « quarantaine », Sophie Renard a pu réviser grâce aux réseaux sociaux.

Source https://www.lunion.fr - 4 Avril 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.