A la uneBourgogne-Franche-Comte

Sans solution d’accompagnement scolaire pour sa fille malentendante, elle écrit au Président

Le 11 février dernier, une mère de famille du Jura se voyait refuser des aides d’accompagnement à l’école pour sa fille malentendante âgée de 7 ans. Elle a écrit une lettre à Emmanuel Macron qui promettait le même jour d’augmenter le nombre d’accompagnants scolaires pour les enfants en situation de handicap.

C’est une nouvelle illustration de l’écart qui peut exister entre la parole politique et la réalité du quotidien. Le 11 février, Emmanuel Macron présidait à l’Élysée la conférence du handicap. À cette occasion, le chef de l’État fixait pour objectif qu’aucun enfant (en situation de handicap, N.D.L.R.) sans solution de scolarisation ne puisse encore exister au mois de septembre prochain. Avec une annonce : l’embauche de 11 500 accompagnants scolaires d’ici 2022.

Le même jour, à plusieurs centaines de kilomètres de Paris, dans le Jura, Sandra Verjus se voyait refuser cette aide pour Apolline, sa fille malentendante âgée de 7 ans.

De « l’optimisme » à « la colère »

D’après France 3 Bourgogne Franche-Comté qui a recueilli son témoignage, la mère de famille a effectué plusieurs démarches auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) : une demande d’accompagnement en classe par le biais d’un accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH), l’intervention du CEEDA, organisme spécialisé dans l’éducation pour enfants déficients auditifs, ainsi qu’une allocation pour enfant handicapé.

Mais la MDPH a refusé toutes ces demandes, au motif qu’elles ne correspondraient pas aux besoins d’Apolline. Sa mère n’est évidemment pas de cet avis. Apolline […] n’a pas pu entrer dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture de manière classique, a-t-elle confié à France 3 Bourgogne Franche-Comté. Il existe des sons qu’elle ne perçoit pas malgré son appareillage.

Très optimiste à l’écoute du discours du président de la République, Sandra Verjus a accueilli avec surprise puis colère la réponse négative de la MDPH, arrivée dans la foulée.

« Une vie de petite fille normale à l’école »

La Jurassienne a alors pris l’initiative d’écrire à Emmanuel Macron ainsi qu’à plusieurs autres élus. Selon France 3 Bourgogne Franche-Comté, Sandra Verjus a reçu plusieurs retours encourageants. Cependant, la chaîne télé n’indique pas si le président de la République lui a répondu.

Pour Apolline, sa mère ne souhaite désormais qu’une seule chose : Qu’elle ait une vie de petite fille normale à l’école, qu’elle ne soit pas reléguée au second plan parce qu’elle serait malentendante mais pas assez. Sandra Verjus espère trouver une solution avant la rentrée prochaine d’Apolline, en classe de CE2.

Dans son discours du 11 février, Emmanuel Macron indiquait que le nombre d’enfants en attente d’un accompagnant a été divisé par près de deux entre 2018 et 2019, de 15 000 à 8 000.

Source
https://www.ouest-france.fr - 26 Février 2020 à Jura
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.