Une mère de famille se voit refuser des aides pour sa fille malentendante, elle écrit au Chef de l’Etat

0

Le 11 février, Emmanuel Macron promettait d’aider la scolarisation des enfants en augmentant le nombre d’accompagnants à l’école. Le même jour, Sandra Verjus, la mère d’une petite fille malentendante à Bonlieu dans le Jura, se voyait refuser cette aide. Elle a écrit au Président de la République.

« Aucun enfant en situation de handicap ne sera déscolarisé au mois de septembre prochain »,

c’est la promesse qu’a formulé le président de la République dans un discours prononcé pendant la conférence nationale du handicap, le 11 février 2020.Le chef de l’Etat a promis 11 500 postes d’accompagnants scolaires supplémentaires d’ici 2022.

En attendant, certains parents se voient toujours refuser cette aide
Une famille jurassienne en a fait la douloureuse expérience. A Bonlieu, non loin de Lons-le-Saunier, chez Sandra Verjus, les dossiers médicaux et les courriers s’amoncèlent.

Sa fille Apolline, âgée de 7 ans est malentendante. Malgré plusieurs demandes auprès de la MDPH, la maison départementale des personnes handicapées, elle n’a droit à aucune aide. Lorsque la mère de famille reçoit les lettres de refus, elle a d’abord du mal à y croire.
La famille a effectué plusieurs démarches pour sa fille : une demande d’accompagnement en classe par le biais d’un AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap), l’intervention du CEDA, organisme spécialisé dans l’éducation pour enfants déficients auditifs, ainsi qu’une allocation pour enfant handicapé.

Le MDPH a refusé toutes les demandes, expliquant que la présence d’un AESH, n’est pas adapté. De, même la CEDA ne serait pas en adéquation avec les besoins d’Apolline.

« Aujourd’hui, Apolline a des difficultés dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Malgré son appareillage, elle ne parvient pas à percevoir certains sons »,

explique sa mamanRefusant de se résigner, elle décide d’écrire à Emmanuel Macron, président de la république ainsi qu’à plusieurs autres élus.
Recevant des retours encourageants à ses courriers, Sandra espère trouver les aides nécessaires avant la rentrée prochaine d’Apolline, qui entrera en CE2.

Le nombre d’accompagnants scolaires doit déjà avoir progressé de 11 000 à la fin 2020 par rapport à 2017. Selon le Président de la République, « le nombre d’enfants qui étaient en attente d’un accompagnant a été divisé par près de deux entre 2018 et 2019 », de 15 000 à 8 000, mais « on doit réussir à tomber à zéro ». 

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.