Viols d’enfants sourds: des victimes fustigent l’inaction du pape François

0

(Cité du Vatican) Des victimes sourdes et malentendantes violées durant leur enfance dans des instituts spécialisés catholiques en Argentine et en Italie ont demandé un rendez-vous au pape François, en lui reprochant de n’avoir pas agi pour contrer de tels crimes, indique jeudi un communiqué de l’organisation ECA (« Ending clergy abuse », « Mettre fin aux abus du clergé »).

Ces victimes, qui seront à Rome du 20 au 22 février, ont demandé par lettre un rendez-vous « public » au pape en compagnie de leurs avocats selon l’organisation internationale ECA.

« Nous avons été violés, agressés sexuellement et torturés par des prêtres catholiques, des sœurs et du personnel laïque. Notre histoire est au cœur même de l’omerta sur ces crimes dans notre pays. Ces crimes n’étaient un secret ni pour la hiérarchie de l’Église en Argentine ni pour la hiérarchie du Vatican », dénoncent des victimes argentines, citées dans le communiqué.

Des victimes sourdes et malentendantes argentines se rendront lundi à Genève auprès du Comité de l’ONU contre la torture et du Comité des droits de l’enfant, déterminées à mettre en cause le pape François et le Saint-Siège pour n’avoir pas empêché ces crimes, précise l’ECA.

Elles se rendront dans la foulée à Rome, date anniversaire d’une réunion inédite sur les scandales sexuels au sein de l’Église qui avait été convoquée voici un an par le pape François. Une rencontre est prévue avec d’anciennes victimes italiennes d’un institut fondé par le même ordre religieux.

En novembre, deux prêtres ont été condamnés à plus de 40 ans de prison pour avoir violé durant des années des enfants sourds et malentendants dans l’institut spécialisé « Provolo » de Mendoza (ouest de l’Argentine).  L’Argentin Horacio Corbacho a été condamné à 45 ans de prison et Nicola Corradi, un curé italien qui vit en Argentine depuis 1970, à 42 ans.

Durant ce procès à huis clos, 43 dossiers ont été examinés et 13 victimes entendues, dont certaines ont été violées entre l’âge de 4 ans et 17 ans.  La justice a considéré 25 dossiers comme des cas d’abus sexuels.

L’Italien Nicola Corradi, aujourd’hui âgé de 83 ans, était arrivé en Argentine voici cinquante ans, transféré de l’institut Provolo de Vérone (nord-ouest de l’Italie), également secoué ces dernières années par la révélation d’un scandale similaire de pédophilie.

En Argentine, le prêtre avait dirigé l’institut Provolo de La Plata (60 km au sud de Buenos Aires).  Puis à partir de 1998, celui de Mendoza (1000 km à l’ouest de la capitale), jusqu’à son placement en détention provisoire en novembre 2016 et la fermeture de l’institut qui accueillait gratuitement des élèves sourds-muets d’origine modeste.

Selon ECA, le père Corradi avait été signalé au Vatican en 2009 par des sourds et muets italiens de l’institut Provolo de Vérone, victimes du prêtre avant son transfert en Argentine.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.