A la unePays de la Loire

Le handicap de sa maman, Caroline en a fait une force

Comment gérer le handicap d’un parent ? Comment se construire et, en même temps, déconstruire les clichés et les préjugés ? Installée à Angers, la jeune femme souhaitait raconter sa vie avec une mère malentendante. Mal entendue, surtout. Rencontre.

Il y avait, chez Caroline Andrieux, comme une urgence. Le besoin d’exposer. De parler. De parler, plus précisément, du handicap de sa mère. Cet « intrus » qui, dit-elle, « résume une grande partie de ma vie ».

Sa maman, 50 ans « tout pile », installée en Corze, est sourde de naissance. « Sourde, insiste Caroline, qui habite à Angers (Maine-et-Loire). Pas muette. Les gens ont très souvent tendance à faire l’amalgame. « Ah bon ! me disent-ils, elle connaît la langue des signes ? » »

Non. La mère de Caroline lit sur les lèvres, c’est différent. En vérité, ça n’a rien à voir… Pour briller dans les soirées, on dira qu’elle utilise la lecture labiale. Elle arrive à comprendre, mais pas toujours. Pas tout le temps.

« Quand les gens parlent trop vite, elle est perdue »

« Elle n’a pas pu faire d’études en centre spécialisé, poursuit la jeune femme, âgée de 28 ans. Même si elle a un appareil, elle n’a pas accès à des mots compliqués. Et quand les gens parlent trop vite, elle est perdue. Elle essaie de s’adapter en permanence. »

Dès 16 ans, Caroline a travaillé pour subvenir aux besoins de la famille, là-bas, en Corze. « Dans la campagne », comme elle dit en souriant un peu. Comme si cela voulait tout dire. Il y avait sa mère, qui ne pouvait pas travailler ; il y avait sa petite sœur.

Elle a grandi comme ça. Dans un costume peut-être un peu trop grand pour elle. « Ma mère, c’était ma fille, dit-elle. Je l’ai protégée. Surprotégée, même. J’ai été ses oreilles, j’ai entendu pour deux. » Et supporté, parfois, la pression. Parce que le handicap, ça vous change l’humain.

« Une souffrance profonde »

« Ne pas être entendu génère beaucoup de frustration et de sentiment d’injustice. C’est une souffrance profonde. » Qui grandit, comme l’encre sur un buvard. Caroline soupire. « À l’époque, j’aurais aimé avoir quelqu’un à qui en parler. »

Par la suite, dans les bagages de sa vie, la jeune femme a mis beaucoup de recul. Et de la distance. « J’avais besoin de partir. » Pour enfin se construire elle-même. En 2010, elle a choisi Angers« Pendant quatre ans, de 2012 à 2016j’ai été autoentrepreneuse dans le service à la personne. »

L’insertion professionnelle, « une révélation »

Puis, elle s’est reconvertie dans l’insertion professionnelle. « Une révélation. » Dès le premier stage. Les autres. La différence. Le social. L’empathie. L’écoute. Quelque chose qui ferait, mis bout à bout, la somme de son existence… Elle dit, et ça sonne comme une évidence : « J’ai besoin que les gens soient entendus autour de moi. »

Mais, depuis deux ans, elle galère. Alterne chômage et contrats de courte durée. RSA (Revenu de solidarité active) et remplacements au pied levé. Elle hausse les épaules et sourit, sans en vouloir au monde. « Une conseillère à l’emploi… qui cherche un emploi. Ironique, non ? »

Mais elle s’accroche, Caroline. Elle a avancé, déjà. « Paradoxalement, dit-elle, le handicap de ma maman m’y a aidée. Il m’a permis de développer des facultés. » Elle en a fait une force. Comme si tout était lié, finalement.

« De la vie dans ma vie »

Si, aujourd’hui, mère et fille se voient moins – par la force des choses – si chacune mène son combat, ici et là-bas, le lien est toujours présent. Évidemment. Forcément. Disons que, maintenant, il y a plus de paix.

À Angers, Caroline envisage l’avenir « de mieux en mieux ». Elle dit : « Je veux mettre de la vie dans ma vie. Décider ce que je veux. » Elle voulait juste exposer, elle voulait juste parler. Du handicap de sa mère, du handicap en général et du regard des autres. Sans savoir où tout ça la mènerait. Ce qu’on en retient ? L’essentiel, sans doute : un grand cri d’amour.


Source
https://www.ouest-france.fr - 23 Janvier 2020
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.