A la uneCentre- Centre-Val de Loire

La langue des signes pour mieux communiquer

Des bénéficiaires du dispositif Garantie jeunes se sont formés à la langue des signes. Une ouverture aux autres.

Qui a dit qu’apprendre une nouvelle langue une fois les bancs de l’école quittés était complexe ? Jeudi dernier, à l’occasion de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, des membres du dispositif Garantie jeunes mis en place par la Mission locale de Romorantin se sont formés à la langue des signes.
Pendant une matinée, ils ont appris des dizaines de signes en compagnie de Marc Panel, de l’association Savoirs et partage de Fontguenand (Indre). « En une matinée, je n’ai pas la prétention d’en faire des bilingues évidemment, il faudrait des mois d’apprentissage, mais en ciblant le vocabulaire, sur les aliments, la famille, les vêtements, ils ont rapidement appris des signes. »

L’importante communication non verbale

La quinzaine de participants confirme. « C’est assez simple, plus simple que le français. » « On pourra désormais communiquer avec un sourd, et non sourd d’ailleurs. »
Marc Panel rebondit : « Aujourd’hui, vous avez appris à communiquer avec votre corps. Il est aussi important de connaître les signes que de communiquer avec son visage et son corps. Quelqu’un qui maîtrise tous les signes et qui ne sait pas communiquer avec son corps aura du mal à se faire comprendre, alors que l’inverse est possible. »
La communication est la véritable raison d’être de cette matinée de formation. « On aborde la communication non verbale, c’est plus de 50 % de la communication. Parfois, certains ne communiquent pas parce qu’ils n’ont pas la bonne méthode », indique Sandrine Magne, conseillère socioprofessionnelle, référente handicap et santé à la Mission locale. « Votre attitude, votre posture sont des éléments de communications importants. Les employeurs sont très sensibles au savoir être, ça passe par l’attitude et la posture. »
Pour ces jeunes en quête d’un emploi ou d’une formation, cette formation ouvrira peut-être des perspectives professionnelles. Mais elle aura surtout permis de les sensibiliser. « Ils se rendent compte que la surdité peut être un frein à l’emploi, mais que des solutions existent », explique Sandrine Magne. « C’est aussi une ouverture aux autres, souvent le handicap fait peur parce qu’il est méconnu ».
Contact : Savoirs et partage, savoirsetpartage36@gmail.com ou 07.71.01.79.49.

Source
https://www.lanouvellerepublique.fr - 25 Novembre 2019
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.