Éric Pineau, marathonien sourd à New York

0

Éric Pineau, technicien dans une entreprise de Saint-Thonan et Gouesnousien depuis quelques années, est licencié au club des Blés d’or depuis 2009. Ce club de courses et de marche, présidé par Bruno Jaouen, œuvre beaucoup pour l’insertion des athlètes handicapés.

Déjà 15 marathons à son actif

Depuis 2011, Éric Pineau

, sourd de naissance, a déjà couru quinze marathons, douze en France et trois à l’étranger : à Barcelone, à Rome et donc à New York. Il a en tête de participer aux marathons de Berlin et de Londres, « mais les dossiers de participation sont très chers, il va falloir étudier cela de près, souligne l’athlète. En 2020, j’irai sans doute courir celui d’Amsterdam, en Hollande, avec un groupe de sourds et peut-être des gens des Blés d’or, c’est à voir, c’est en projet. » Le marathon de New York, il l’a fait accompagné de neuf licenciés des Blés d’or.

C’est un habitué du marathon du Médoc, de ceux de Paris, Vannes, Nantes, Tours, Rennes. Son record personnel est de 3 h 59 mn au marathon du Futuroscope, à Poitiers (Vienne).

« C’est super de voir toutes les cultures, les nationalités se côtoyer, courir ensemble », explique Éric, qui trouve ces expériences très enrichissantes aussi dans les rapports humains. Il fait environ douze grandes courses par an, comme la Transléonarde, qu’il a fait au moins quatre fois, les dix kilomètres de Bohars, le semi-marathon de Quimper, qu’il a fait à plusieurs reprises, le challenge de l’Elorn ou le trail de l’Aber Wrach. Il explique avoir un réel besoin de se surpasser et de courir avec ses amis chaque fois que c’est possible.

Dès l’enfance

Il avait huit ans quand il a commencé à courir en participant à la course de trois kilomètres avec d’autres élèves à Orléans (Loiret). Il a remporté sa première victoire à l’âge de 11 ans aux Foulées de mini-courses, à Orléans, sur 3 km. Puis il a fait du cross au collège, de la 6e à la 3e, à Rennes. « Quand j’ai terminé mes études, j’ai cherché un travail sur Brest et j’ai trouvé un club et des amis. »

« J’ai à la fois besoin et très envie de courir, explique-t-il. Lorsque j’ai fondé une famille, j’ai souhaité poursuivre mon passe-temps favori, la course, et j’ai découvert les Blés d’or. J’ai trouvé intéressant d’être conseillé et de pouvoiprogresser, puis quand j’ai participé pour la première fois au marathon du Médoc, j’ai senti une volonté très forte de poursuivre. C’est toute une ambiance que j’ai découverte. Ce n’est pas uniquement pour le chrono, j’ai senti que c’était épanouissant de participer à ce genre de manifestation. Le marathon de Paris était plus dur, plus sérieux mais j’étais très motivé, j’avais augmenté mes séances d’entraînement avant d’y aller. »

Ces différentes courses et rencontres ont donné à Éric beaucoup d’énergie, qu’il consacre à sa famille et aux activités des sourds auxquelles il participe.  Pas simple de combiner travail et entraînements, souligne-t-il. Les conseils des Blés d’or sur l’hygiène de vie, le sommeil et autres, m’aident beaucoup à me perfectionner. C’est super quand un club est un véritable soutien. Je m’entraîne dès que je peux mais ce n’est pas toujours évident ! »

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.