Le collège Jean-Marie-Le-Bris en mode tour de Babel

0
La formatrice Sylvie Thomas a sensibilisé certains 5es du collège Jean-Marie-Le-Bris à la langue des signes.

La première quinzaine des langues au collège Jean-Marie-Le-Bris se termine cette semaine. Différents ateliers ont été proposés aux élèves, comme la sensibilisation à la langue des signes française (LSF).

« On va désormais laisser l’interprète se reposer un peu, et on va faire un jeu. » Sylvie Thomas se retourne vers Geneviève Nédellec, qui dévoile une grande feuille avec un soleil, un nuage et des éclairs. En silence, la première montre le soleil aux élèves devant elle.

Sourde de naissance, Sylvie Thomas sensibilise des cinquièmes de Jean-Marie-Le-Bris à la langue des signes française, en compagnie de Geneviève Nédellec, stagiaire, et de Maëlc’hen Laviec, interprète au service LSF29. Alors, comment dit-on le soleil en langue des signes ? En agitant deux fois la main levée, les doigts écartés, pour ce qui rayonne. Instinctivement, les élèves reproduisent le signe.

« Les sourds sont comme tout le monde »

Les jours de la semaine, les mois de l’année, les moyens de transport… Très vite, plusieurs mots sont assimilés. L’initiation terminée, les questions affluent de la part des collégiens.« Comment écoutez-vous de la musique ? Depuis quand existe la langue des signes ? Comment cela se passe pour un sourd aveugle ? »

« Souvent, les élèves n’ont jamais entendu parler des personnes sourdes, explique Sylvie Thomas, formatrice habituée à venir en milieu scolaire. Ils ont besoin de comprendre. C’est important de les informer, de leur montrer que les sourds sont comme tout le monde. Simplement, ils n’entendent pas. »

Cette sensibilisation à la langue des signes a été fléchée pour les cinquièmes de l’établissement. Elle s’inscrit dans la première quinzaine des langues réalisée au collège Jean-Marie-Le-Bris. Depuis lundi 18 mars, plusieurs ateliers de langue sont proposés aux élèves, tous les midis. « On a proposé des cours de danses irlandaises, bretonnes, d’initiation à l’arabe, au japonais, au basque, au breton, et au gallois » , recense Maxime Touzé, professeur de breton à l’initiative de cette semaine.

« Valoriser les langues »

Un jeu de piste en espagnol a également été organisé au sein de l’établissement. « L’objectif est de valoriser toutes les langues » , lance le professeur. Même dans les disciplines non linguistiques, les professeurs ont joué le jeu en introduisant des langues dans leur discipline. Au self, des repas thématiques ont été concoctés.

Moment fort de cette quinzaine, ce mardi, il a été proposé à tous les élèves (lycée inclus) et au personnel de suivre un dress code particulier. « Tout le monde est invité à s’habiller de la même façon, avec un haut bleu et un bas noir, explique Maxime Touzé. Chacun a le droit de rajouter un détail détonnant de son choix. Le but est de rappeler l’ambiance des écoles britanniques. »

Cette quinzaine des langues a aussi permis à l’équipe enseignante de découvrir des compétences cachées en son sein : « Deux collègues parlent japonais. Les cours d’arabe sont dispensés par notre documentaliste, ceux de basque par notre assistante d’espagnol » , énumère, enthousiaste, Maxime Touzé. En attendant la langue des signes française ?


Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.