Sensibilisation à la langue des signes

0
Geneviève Nédellec a animé des séances de sensibilisation à la langue des signes auprès des collégiens de Jean-Marie-Le-Bris, lundi après-midi.

Sur deux semaines, les élèves du collège Jean-Marie-Le-Bris profitent d’une quinzaine des langues pendant laquelle la langue des signes n’a pas été oubliée.

Depuis le 14 mars et jusqu’au 29 mars, le collège Jean-Marie-Le-Bris s’est lancé dans une quinzaine des langues. Sur la base des langues enseignées dans l’établissement qui ont été complétées par quelques autres, des décorations (drapeaux, panneaux…) ont été fabriquées, des cours de danse (irlandaises, bretonnes) et des repas thématiques (avec traduction des menus) ont été proposés et un jeu de piste (en espagnol) a été organisé. Parmi les cours originaux destinés à sensibiliser les collégiens, on a retrouvé des sessions de japonais, d’arabe, de gallois, de basque, mais aussi une sensibilisation à la langue des signes.

Ce sont les classes de 5e qui ont profité de cette dernière. En partenariat avec Langue des signes française 29 (LSF29) et le Collectif des sourds du Finistère, des séances d’une heure ont eu lieu et elles ont connu une jolie réussite auprès des élèves. « Nous voulions leur montrer la diversité des langues et notamment que la langue des signes est une langue comme les autres », résume Maxime Touzé, qui enseigne le breton au collège.

Les séances ont provoqué de nombreux échanges, principalement autour de mots de vocabulaire. Les scolaires ont rapidement découvert une langue des signes imagée et poétique, souvent construite sur le bon sens. Ainsi, les jeunes de 12 ans ont appris avec plaisir à « prononcer » le nom de footballeurs célèbres : Mbappé se dit en copiant sa posture bras croisés, les mains coincées sous aisselles, et Griezmann, en figurant ses mimiques issues d’un jeu vidéo qu’il lance à chaque but marqué.

Macron en langue des signes

Pour Macron, il suffit de montrer les « pattes » de la chevelure qui descendent vers la barbe le long des oreilles, pour Trump, vous empoignez sa « banane » de cheveux sur l’avant du front. Pour dire Douarnenez, il faut figurer un ouvre-boîte avec un doigt sur la deuxième main qui représente une boîte de sardines. Plusieurs collégiens ont voulu apprendre à dire leur prénom. Une jeune fille a préféré apprendre à signer les mots « amis », « amour » et « famille ».

Ce mardi, tous les élèves et tous les personnels sont invités à suivre un dress-code à l’anglaise (haut bleu, bas noir et un détail détonnant au choix : broche, serre-tête, nœud papillon…), tandis que le show final, qui permettra de restituer tout le travail engagé sur la quinzaine de jours, est annoncé pour vendredi.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.