Sophie Vouzelaud raconte comment sa vie a (aussi) changé depuis… 2017

0

A 32 ans, l’ancienne première dauphine de Miss France, sourde de naissance, expérimente depuis deux ans de nouveaux appareils auditifs qui lui permettent d’entendre des sons jusqu’à présent inaudibles pour elle. Rencontre. 

En 2007, la vie de Sophie Vouzelaud, alors intronisée première dauphine de Miss France, a changé une première fois grâce au concours de beauté. Dix ans plus tard, c’est la technologie qui a donné une nouvelle dimension au quotidien de la jeune Saint-juniaude, elle qui est atteinte d’une surdité de naissance.

« Je suis appareillée depuis l’âge de 13 mois et il y a deux ans, j’ai changé d’aides auditives [d’une marque dont elle est devenue l’ambassadrice]. Pour la première fois, j’ai entendu mon chat miauler alors que je ne le voyais pas : il était derrière moi ! »

Devenir ambassadrice pour Dior, « une véritable revanche » pour Sophie Vouzelaud

D’autres bruits ambiants, qu’elle ne pouvait jusqu’alors entendre, lui ont alors été accessibles. « En ville, j’ai entendu la cloche d’une église ; dehors, j’ai perçu pour la première fois le chant des oiseaux ; chez moi, le bruit du frigo ; en voiture, celui du klaxon des autres automobilistes. C’est impressionnant. J’ai le sentiment d’être entendante et ça fait du bien. »

Les appareils ont aussi une influence sur sa voix. « Ils m’aident à contrôler mon intonation, à faire plus attention. Je parle mieux, moins fort », apprécie-t-elle.

Des combats encore et toujours

Une étape importante mais qui ne résout pas toutes les difficultés que Sophie Vouzelaud peut rencontrer chaque jour. « Il peut arriver que lors de repas avec beaucoup de personnes, les gens se mettent à parler en même temps et très vite, en oubliant de me regarder. Après, ils se reprennent. » 

Même obstacle au cinéma. L’ancienne miss ne peut aller voir que les films étrangers en version originale sous-titrée. « Mais c’est insuffisant parce que cela ne donne aucune indication sur les mouvements des personnages, sur qui parle. le sous-titrage pour les sourds et malentendants, grâce à différentes couleurs, donne  des repères très complets. On sait si la conversation est dans une autre langue, si elle est tenue au téléphone, quel acteur prend la parole (y compris celui de dos), s’il y a de la musique ou une porte qui claque. » Or très peu de salles proposent des séances.

Et des rêves aussi

La jeune femme se bat donc toujours pour les personnes en situation de handicap, elle qui avait réussi à obtenir le sous-titrage des journaux télévisé de TF1 quelques mois après l’élection Miss France et qui porte son message à travers des conférences dans le milieu des entreprises. Et sa lutte ne se limite pas aux personnes malentendantes : malvoyantes aussi par exemple. « Si la société s’adapte, le handicap n’existe pas », poursuit-elle.

Sophie Vouzelaud a encore un rêve, elle qui sait très bien qu’il ne faut pas toujours « écouter » les personnes toujours enclines à vous décourager. Elle espère qu’un jour, grâce aux nouvelles technologies, elle pourra tenir une conversation par téléphone sans l’aide d’une caméra vidéo. Un espoir qui, si l’on s’en tient à sa ténacité et sa combativité, semble à sa portée.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.