A la une

Un affrontement policier pur avec 11 000 manifestants sourds sous le prétendu chef de bâton

Attention : traduction automatique

Les 11 000 jeunes Sourds s’étaient rassemblés avec les représentants de l’Association des sourds de l’État (SLAD) devant le commissariat dans l’après-midi, lorsque l’incident s’est produit.

Des jeunes sourds de Pune qui protestaient contre la délivrance de certificats d’invalidité à des personnes inéligibles ont été accusés lundi par la police de porter des coups de bâton, ont déclaré les organisateurs.

Des membres de la police, des membres de l’Association des sourds au niveau de l’État, ont été accusés par des policiers après avoir protesté contre le gouvernement pour ne pas avoir satisfait à leurs exigences, le lundi 25 février 2019.

La police, cependant, a déclaré que c’était une «force modérée» d’empêcher les manifestants de se rendre à la commissioner de la protection sociale à Bund Garden.

Les 11 000 jeunes sourds s’étaient rassemblés avec les représentants de l’Association des sourds de l’État (SLAD) devant le commissariat dans l’après-midi, lorsque l’incident s’est produit.

Suhas Bawache, commissaire adjoint de police (zone I), a déclaré: «Ce n’est pas un incident de charge par lathi. Une bagarre a éclaté entre les manifestants et la police alors que celle-ci devenait incontrôlable. Nous avons pris les mesures nécessaires pour les empêcher de devenir furieux, car ils étaient en pleine agression. Le poste de police de Bund Garden, Incharge, est tombé dans la mêlée et s’est blessé. Il a même cassé ses lunettes. Les policiers étaient encerclés par les agitateurs », a-t-il déclaré.

Suite à l’incident, les manifestants ont refusé de quitter les lieux.

Manoj Patwari, président de l’Association des sourds malentendants au niveau de l’État, a déclaré: «Deux manifestants ont été grièvement blessés et 31 blessés. Ils sont soignés à l’hôpital général de Sassoon.

Par l’intermédiaire d’un interprète, Pradeep More, secrétaire de l’association, a déclaré que leurs revendications incluaient le droit à une éducation de qualité, la fourniture d’interprètes qualifiés pour les étudiants sourds et la non-délivrance de certificats d’invalidité aux personnes valides.

«Il y a 15 lakhs sourds dans le Maharashtra, ce qui est un nombre considérable; et nous les représentons », a déclaré Patwari. «Depuis des années, notre association et d’autres petits groupes demandent au gouvernement de prendre des mesures pour améliorer leur bien-être, qu’il s’agisse d’éducation ou d’emploi. Cependant, malgré de nombreuses pétitions, aucune mesure concrète n’a été prise », a-t-il déclaré.

Aniket Selgaonkar, vice-président de l’association, a déclaré qu’ils avaient des preuves que de faux certificats avaient été délivrés à des jeunes handicapés. «J’ai écrit des plaintes à ce sujet, mais le commissaire ne l’a même pas reconnu», a-t-il déclaré.

Selon Aniket, les manifestants cherchaient à obtenir des réponses du département pour leurs revendications de base d’un système d’éducation inclusif qui réponde aux besoins des étudiants sourds. Les enfants qui sont à 100% sourds ne reçoivent pas une éducation de qualité dans les installations existantes en raison du manque de langue des signes et de bons professeurs. Le gouvernement ne fait rien non plus contre les atrocités que subissent quotidiennement les sourds. L’autre exigence est que les personnes sourdes soient dispensées de passer des tests écrits pour des emplois, car elles sont incapables de bien se préparer faute d’éducation.

Au cours du rassemblement, les manifestants ont également signalé la distribution frauduleuse de certificats d’invalidité à des personnes valides. «Lorsque nous avons essayé d’organiser un rassemblement, la police a ordonné une accusation de lathi dans laquelle plusieurs de nos manifestants ont été blessés. Ils ont également arrêté certains des jeunes », a déclaré More.

L’incident a appelé à la condamnation de personnes de différents horizons. «Peu importe la raison, il est honteux de traiter de la sorte les jeunes handicapés. S’il reste une once de honte, le gouvernement devrait s’excuser auprès de ces jeunes et des mesures devraient être prises contre les officiers insensibles », a déclaré Vijay Kumbhar, activiste de RTI.

Bacchu Kadu, membre de l’assemblée législative (MLA), a déclaré que des mesures devraient être prises contre la police. “Le gouvernement n’est pas sérieux et ces personnes (les manifestants) sont conduites à ne se réunir que après des réunions sans qu’aucune décision ne soit prise par les autorités pour leur bien-être.”

Neelam Gorhe, membre du conseil législatif du Shiv Sena, a déclaré: «Leurs demandes sont légitimes, mais l’action de la police doit être examinée à la loupe et je présenterai cette question lors de la prochaine séance de l’assemblée. Bien qu’il faille comprendre que la police a peut-être réagi étant donné que le bureau de la protection sociale est adjacent au commissariat de police, qui est toujours sous haute sécurité. »

Dans le même temps, le député de Baramati Lok Sabha, Supriya Sule, a qualifié de “honteuse” la plainte contre la police judiciaire et a frappé le ministre en chef, Devendra Fadnavis, qui détient également le portefeuille de maisons. «Les jeunes handicapés ayant pris part à une manifestation pacifique ont été inculpés par la police. Le CM n’a pas le droit moral de continuer. Il devrait démissionner immédiatement », a déclaré le dirigeant du Parti du Congrès nationaliste (NCP).

Source
https://www.hindustantimes.com - 26 Février 2019 à Inde
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.