Les jeunes de l’Institut André-Beulé de Nogent-le-Rotrou ont effectué leurs plantations

0

Avec le service des espaces verts de la Ville, des jeunes sourds suivent un atelier d’horticulture chaque lundi au sein des serres municipales. Ce lundi 19 novembre 2018, c’était jour de plantation dans les massifs d’un square de la ville.

Lunaires, myosotis, pâquerettes, giroflées, pensées et primevères n’ont plus de secrets pour eux. Les huit jeunes sourds de l’Institut André-Beulé de Nogent-le-Rotrou ont procédé ce lundi 19 novembre 2018, dans l’après-midi, à la mise en place de jeunes plants dans un massif du Parc des promenades, aussi connu des Nogentais comme le fameux “square aux chiens”.

Huit jeunes sourds de l’Institut André-Beulé participent chaque lundi après-midi à un atelier d’horticulture au sein des serres municipales.

Avec le rachat des serres de l’Institut André-Beulé par la Ville en mai 2018, ce partenariat s’est mis en place à la rentrée avec un atelier qui réunit, chaque lundi après-midi, huit jeunes sourds et leurs éducateurs autour de Catherine Renard, la responsable des productions horticoles au service des espaces verts de la Ville.

Des semis aux plantations en pleine terre, les jeunes s’initient aux différentes étapes de l’horticulture avec le repiquage, le rempotage, les multiplications de végétaux par bouturage…

Des ateliers qui « bourgeonnent »

Le même atelier est aussi proposé aux élèves du lycée Nermont le mercredi matin, là aussi avec huit jeunes, et Bastien Cochin, le responsable du service des espaces verts de la Ville souhaitent encore élargir le cercle des “apprentis jardiniers” aux autres écoles de la Ville. Il explique : « Les serres municipales au sein de l’Institut André-Beulé se trouvent à proximité immédiate de plusieurs écoles du centre-ville. Il serait aisé de créer d’autres ateliers pour elles ».

Outre un regain d’intérêt des jeunes sourds pour les activités horticoles proposées à l’Institut André-Beulé, Laure Bertin, chef de service au sein de la structure nogentaise qui accueille 35 jeunes déficients auditifs, estime que ce partenariat va au-delà de ses objectifs pédagogiques : « C’est aussi une façon d’éduquer les jeunes à la citoyenneté. Pour ceux qui sont de l’Institut mais aussi pour les autres qui hésiteront un peu plus à dégrader ces jolies plates-bandes en sachant que ce sont des camarades de leur âge qui les ont plantées ». 

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.