A la une

Les sourds sont descendus en nombre dans la rue pour un défilé joyeux et instructif

Manifestation.On fêtait la Journée internationale des langues des signes, première du nom. 300 personnes ont répondu à l’appel de la Fédération suisse des sourds.

Paroles de manifestante: «On a l’impression qu’il ne se passe rien, alors qu’il se passe en réalité plein de choses entre nous. On fait moins de bruit, il est vrai, que les entendants.» De loin comme de près, un cortège silencieux mais drôlement motivé ce samedi après-midi dans les rues de Genève. Les gestes remplacent les mots proférés, les chorégraphies tiennent lieu de slogans et de répertoire musical.

Beaucoup de monde – entre 300 et 400 personnes – pour fêter ensemble dans l’espace public, de la place du Molard à la plaine de Plainpalais, en passant par la rotonde des HUG, la Journée internationale des langues des signes, première du nom. La Fédération suisse des sourds ne voulait pas manquer ce rendez-vous. Cette langue est pratiquée par près de 10 000 personnes dans notre pays, toutes en situation de handicap auditif.

Les difficultés concrètes dans l’intégration à la vie de tous les jours ont été largement évoquées. À même la rue, les manifestants explicitent grâce à des jeux de rôle certaines situations de la vie quotidienne compliquées lorsqu’un interprète fait défaut -comme la prise en charge parfois délicate, en milieu hospitalier notamment, d’un patient littéralement incompris et qui peine à être entendu. Les professionnels de la santé, des médecins, des chefs de service étaient présents devant l’entrée des HUG pour échanger avec les manifestants. Une doctoresse très impliquée a salué «la façon ludique, douce et non revendicative» de sensibiliser le grand public à cette réalité.

Nos élus étaient, eux aussi, invités à prendre la parole lors d’un débat instructif et passionnant sur la plaine de Plainpalais, à la fin du défilé. Les conseillers d’État Mauro Poggia et Thierry Apothéloz, le conseiller administratif et maire de Genève, Sami Kanaan, ne sont pas venus les mains vides. Ils avaient des exemples à donner, des réponses à proposer aux questions légitimes des nombreux participants.

Une journée utile à tous, festive et énergiquement inclusive. La directrice d’un établissement africain, pionnier en la matière, a fait le voyage depuis le Burkina Faso: Thérèse Kafando était entourée de trois de ses étudiants sourds, Émile, Mohammed et Mamou, aujourd’hui jeunes adultes, âgés de 18, 21 et 23 ans.

L’aîné est devenu professeur de sport dans l’école où il a été accueilli puis formé. Ses cadets apprennent les métiers de bouche et la couture. Ils étaient, ce samedi, particulièrement rayonnants dans le cortège qui traversait le centre-ville

Source
https://www.tdg.ch - 22 Septembre 2018
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.