Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Un cycliste sourd à Hombourg-Haut : Jann Nowakowski pédale en silence

Jann Nowakowski, de Hombourg-Haut, est sourd de naissance. Enfant, il s’est découvert une passion pour le cyclisme. À 41 ans, il pédale toujours en compétition, le plus souvent avec les valides. Pas toujours facile.

Au grand prix de la ville de L’Hôpital le 15 août, au critérium de Freyming-Merlebach le 31 août ou encore au contre-la-montre de Grostenquin le 2 septembre, Jann Nowakowski était un cycliste à part dans le peloton. Les mots du directeur de course, le coup de pistolet du départ, les paroles entre concurrents, la cloche du dernier tour, il ne les entend pas. Son quotidien, depuis sa naissance, c’est le monde du silence. Jann est sourd.

Passionné de cyclisme depuis son enfance à Hombourg-Haut, il a donné ses premiers coups de pédale au club loisir de la commune. Puis vient la compétition, de 16 à 21 ans, avec le club de Falck. Avec la nécessité, dès le départ, de passer outre son handicap pour se fondre dans le peloton. « Mon père m’accompagnait sur les courses le dimanche. Le samedi, au club, on avait une réunion avec tous les autres jeunes pour définir la stratégie de course. L’entraîneur parlait doucement pour que je puisse lire sur ses lèvres, me tapait sur l’épaule quand il avait quelque chose à me dire », explique-t-il en langage des signes. Françoise, son interprète, les traduit.

L’âge adulte est synonyme de pause dans les compétitions. Il reprend une licence en 2010, alors qu’il a déménagé dans le Sud-Ouest. Différents clubs, où ça ne se passe pas toujours bien. Dans l’un d’eux, ses coéquipiers partent parfois sans lui indiquer le programme de l’entraînement. Jann trouve finalement son bonheur à Mazamet, le fief de Laurent Jalabert. Il rejoint, dans le club local, d’autres cyclistes sourds, et participe aussi bien à des courses pour valides que handisport.

« Ses oreilles ce sont ses yeux »
Désormais, c’est Françoise qui l’accompagne le plus souvent lors des compétitions. « Si je suis avec lui, je préviens les organisateurs avant le départ. » Mais une fois la course lancée, Jann est livré à lui-même. « Il est dans sa bulle, n’entend rien. Ses oreilles, ce sont ses yeux. » Plus que d’autres, Jann multiplie les coups d’œil, à droite et à gauche. Pour se distinguer et être reconnu des autres concurrents, le Hombourgeois porte aussi une tenue et un casque aux couleurs vives, voire fluo.

Mais toutes ces précautions ne suffisent pas toujours. En plein effort, le manque de lucidité peut faire des dégâts. « Des chutes sont arrivées à cause de poussettes ou de contacts, parce qu’il n’entend pas les autres coureurs arriver. »

Il y a aussi d’autres désagréments, qui provoquent une douleur davantage morale que physique. « Au mois de mai, Jann a participé à une course FFC en Meurthe-et-Moselle. Il était le seul ayant un handicap sur la ligne de départ. Il a terminé l’épreuve mais n’a pas été classé. On ne sait toujours pas pourquoi. J’ai envoyé plusieurs mails, je n’ai eu aucune réponse », regrette Françoise.

Un obstacle de plus sur la route du coureur hombourgeois. Mais pas de quoi entamer sa passion et sa détermination. Le cyclisme, c’est sa façon d’avancer dans la vie.

Présélectionné en équipe de France

Jann Nowakowski est né il y a 41 ans à Creutzwald et a grandi à Hombourg-Haut. C’est là que vit toujours toute sa famille, là qu’il a appris à pédaler.

De 16 à 21 ans, il dispute des courses officielles de la Fédération française de cyclisme (FFC) avec le club de Falck, commune voisine de Creutzwald. Puis il arrête la compétition, avant de quitter la Lorraine pour le Sud-Ouest, où il passe une dizaine d’années, dans la région de Perpignan puis à Mazamet.

Il y a un peu moins d’un an, Jann Nowakowski est revenu là où tout a commencé. Il a ainsi tenu une promesse faite à son grand-père, décédé : racheter sa maison, dans un quartier de Hombourg-Haut à l’orée de la forêt.

Depuis 2010, Jann a repris une licence FFC, mais aussi handisport. Cette année, il a ainsi remporté le Tour de l’Ain paracycliste et est actuellement en tête de sa catégorie (sourds) en Coupe de France.

Cet été, le Hombourgeois a effectué un stage avec l’équipe de France paracycliste. Il saura normalement d’ici la fin de l’année s’il est retenu pour les prochaines échéances internationales : championnat d’Europe en 2019, du monde en 2020 et Deaflympics (JO des sourds et malentendants) en 2021.

D’ici là, Jann a un autre combat à mener au quotidien : trouver un emploi, chose qui n’est pas aisée avec son handicap, et rechercher des sponsors afin de pouvoir boucler son budget. Une saison de cycliste lui coûte entre 5 000 et 7 000 euros.

Source https://www.republicain-lorrain.fr - 17 Septembre 2018
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Pour débloquer Sourds.net dans votre bloqueur, il vous suffit de :

> Cliquer sur l\\\'icone de votre bloqueur de pub en haut de votre navigateur

> Puis cliquer sur le bouton de désactivation

Rafraîchir
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro