Tim Cook, un Américain de 64 ans, est sourd et aveugle. Un double handicap qui ne l’empêche pas de voyager. Il y a quelques jours, il a quitté son établissement médicalisé de Portland (côte ouest) pour aller rendre visite à sa sœur, à Boston, à l’autre bout du pays. Ce voyage a donné lieu à une belle histoire devenue virale sur les réseaux sociaux : près de 700 000 partages et autant de « J’aime » sur Facebook.

Pour monter à bord de l’avion, Tim Cook a bénéficié d’une assistance. Mais à bord, il était seul. Ses voisins de siège, ainsi que le personnel de bord de la compagnie Alaska Airlines, ont rapidement compris que malgré les efforts des uns et des autres, la communication n’allait pas être aisée. Les hôtesses ont alors lancé un appel, au micro, pour savoir si quelqu’un à bord parlait la langue des signes.

Bavardage en silence

Clara Daly, une adolescente californienne de 15 ans, s’est manifestée. Elle n’est ni sourde ni muette, mais dyslexique. Elle étudie la langue de des signes depuis un an : c’est la langue « étrangère » qui lui a semblé la plus facile à appréhender. Et un langage qui l’a toujours fascinée, a-t-elle raconté par la suite.

Pour dialoguer avec Tim Cook, astucieuse idée, elle a dessiné les signes sur la paume de la main du sexagénaire. Pendant toute une partie du vol – dont la dernière heure – ils ont ainsi papoté en silence, par mains interposées. Clara a parlé de ses projets, Tim lui a raconté son passé de vendeur.

Après le vol, c’est une autre passagère, témoin de la scène, qui a raconté l’histoire sur les réseaux sociaux. Elle avait été touchée par cet improbable échange. La compagnie aérienne en a fait état sur son blog. CNN en a eu vent et retrouvé les protagonistes.

Tim, grand voyageur, a expliqué que c’était son « meilleur souvenir de vol ». Clara, elle, voudrait que « cela aide à se rendre compte que dans le monde où on vit, chacun à le devoir de s’entraider ».