A la une

La langue des signes c’est pour tout le monde

L’École de langue française des signes, basée à Bourges, organisait ce week-end son deuxième pique-nique national à Belle-Isle.

Après une première édition réussie, l’an dernier, à Vierzon (Cher), ils ont décidé de migrer dans l’Indre, cette année, pour profiter du cadre du parc de Belle-Isle à Châteauroux. L’École de langue française des signes (Elfs) organisait, le week-end dernier, son pique-nique national, destiné à rassembler tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à ce mode de communication sans la voix.

Les bébés aussi peuvent signer

Ils étaient une petite vingtaine à venir échanger. « Il y a des sourds et muets, des élèves de l’école entendants, mais aussi des curieux qui cherchent à découvrir quelque chose qu’ils ne connaissent pas. Certains décident alors de s’inscrire pour suivre les cours, qui se déroulent sur plusieurs niveaux », explique Anaïs Maquin, responsable de l’Elfs.
Christelle, élève de l’école basée à Bourges, est venue avec son mari : « J’en suis au niveau huit, sur un maximum de seize niveaux. Je suis capable de tenir une conversation classique en langue des signes, mais je ne peux pas encore employer des termes plus techniques, pour mon travail par exemple ». Si la langue des signes n’est pas universelle, elle peut en revanche s’apprendre très tôt : « Nous enseignons aussi pour les bébés signeurs. A partir de huit mois environ, il est possible de communiquer avec l’enfant, qui n’a pas encore la parole. Cela évite beaucoup d’incompréhensions, surtout quand le bébé pleure. Grâce à des signes simples, on peut comprendre ses besoins ».
Dans une ambiance bon enfant, les participants au pique-nique étaient bien décidés à profiter de Belle-Isle et de ses atouts. C’est sur la terrasse de la Guinguette que l’on retrouve un petit groupe, dont Thay, sourd et muet : « J’apprécie ce genre de moments, où je peux rencontrer des entendants. C’est important de créer du lien, et la langue des signes est parfaite pour ça ». Thay a ainsi pu échanger, grâce à la traduction parfaite d’Anais, avec de nombreux curieux, dont Thiphaine. « Ce handicap est porté par l’une de mes connaissances. J’aimerais beaucoup parvenir à mieux communiquer avec elle. »
Le deuxième pique-nique national d’Elfs a réussi son pari : créer du lien et faire connaître un peu plus l’école.

Source
https://www.lanouvellerepublique.fr - 6 Juin 2018
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.