Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Au tribunal pour avoir frappé des policiers

A deux semaines du procès de trois jeunes de la ville pour rébellion et violences sur les forces de l’ordre, l’IGPN enquête après un dépôt de plainte pour violences policières.

L’intervention policière a dégénéré mercredi soir. Les forces de l’ordre patrouillaient après qu’un jeune homme a reçu une décharge de plomb tirée par un inconnu.

Entre un coup de carabine à plomb qui a blessé un jeune homme, puis l’arrestation de ses copains renvoyés devant le tribunal pour avoir frappé des policiers, l’affaire n’est pas tout à fait limpide. Le tribunal correctionnel de Nanterre- devant lequel comparaissaient, ce vendredi, trois de ces jeunes arrêtés mercredi soir à Ville-d’Avray- a renvoyé l’affaire pour « surcharge de l’audience ». Et aussi, parce que l’un des trois prévenus, Bassirou, est très malentendant et peine à s’exprimer.

Visiblement consternée que ce jeune homme de 27 ans ait été renvoyé devant le tribunal sans interprète en langage des signes, la présidente, Florence Lasserre-Jeannin, n’a pas caché son courroux en évoquant l’indignité de la situation. Pour que Bassirou lise sur ses lèvres et qu’elle l’entende mieux, la procureur a suggéré de faire sortir le prévenu du box vitré pour qu’il comparaisse à la barre… mais il manquait un policier pour que l’escorte soit complète.

Les violences éclatent rue de la Marne

Donc, le trio n’a pas été jugé. L’audience a consisté à décider de l’opportunité de leur placement en détention jusqu’au procès, prévu le 19 juin. En l’occurrence, tous trois sont sortis libre mais sous contrôle judiciaire, avec interdiction de circuler rue de la Marne et de sortir entre 21 heures et 7 heures du matin.

Rue de la Marne, c’est là l’intervention policière s’est transformée en scène de violence mercredi. Vers 20h30, un groupe de copains attend un autre ami au pied d’un immeuble proche du supermarché. Soudainement, un des jeunes ressent une douleur à l’épaule : il vient de recevoir une décharge de plomb. Selon les premiers éléments recueillis par la police, c’est un voisin excédé par tapage qui aurait tiré et blessé un garçon de 17 ans. Ce volet fait l’objet d’une enquête distincte.

Coups de poing et de pied

Après ce tir, la police intervient, patrouille, et contrôle un cyclomotoriste vers 22 heures. C’est à ce moment que la situation dégénère. Une vingtaine de jeunes alors rassemblés auraient pris les policiers à partie, avant que certains ne les frappent. Ainsi Bassirou et son frère sont poursuivis pour des coups de poing et pieds sur un des policiers, dont l’interruption totale de travail (ITT) est fixée à 21 jours. De même que leur copain, Amaury, dans le box lui aussi.

Pendant cette échauffourée, les forces de l’ordre ont lancé une grenade de désencerclement. Avant d’arrêter huit jeunes, placés en garde à vue. Quelques heures pour certains. Jusqu’à vendredi matin pour Bassirou, son frère et leur copain. De même que pour un quatrième, mineur, qui sera jugé à part.

A Ville-d’Avray, l’affaire a suscité quelque émotion. Les proches des jeunes arrêtés s’étonnent d’une intervention policière qu’ils estiment « disproportionnée » selon la mère de l’un d’eux. Maire de la ville, Aline de Marcillac, quant à elle, « remercie les forces de police pour l’efficacité de leur intervention » et « condamne très fermement ces dérapages violents qui troublent la quiétude » de sa commune « réputée tranquille ».

Source http://www.leparisien.fr - 4 MaiI 2018 à Ville-d’Avray
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.