La main des sourds

Quand les sourds prennent la parole

Éducateur, art thérapeute, militant de la cause des sourds, Patrick Belissen publie avec cinq amis le premier ouvrage traduit de la langue des signes.

Six personnes, nées sourdes, racontent dans un livre-témoignage qui vient de paraître, traduit de la langue des signes française, leurs parcours singuliers, affirmant leur singularité et leur droit à vivre leur langue et leur culture *. Elles se nomment Philippe Angèle, Nadia Chemoun, Ode Punsola, Jacques Sangla, Jeanine Vergès et Patrick Belissen.
Après avoir exercé plusieurs métiers, ce dernier, aujourd’hui art thérapeute, vit à Poitiers depuis plusieurs années. Membre du collectif OSS 2007 (Opération de sauvegarde des sourds) il a fait partie en 2013 des organisateurs de la « marche du siècle sourd », plus de mille kilomètres à pied de Paris à Milan, qui visait à faire reconnaître la culture sourde.

“ On peut tout dire avec la langue des signes ”

« La surdité en elle-même n’est pas une souffrance, explique Patrick Belissen, mais les sourds ont été condamnés au silence pendant plus d’un siècle ». Alors que la France a été pionnière, créant la première école publique pour les sourds avec l’abbé de l’Épée (1712-1789), celle-ci a ensuite privilégié l’oralisme et la pose d’implants cochléaires aux jeunes enfants sourds, au détriment de l’apprentissage de la langue des signes. Une langue que beaucoup de personnes sourdes de la génération de Patrick Belissen ont découverte sur le tard mais qui a changé leur vie. « Ce qu’on a appelé le réveil sourd s’est fait dans les années 60-70, rappelle ce dernier, depuis il y a eu des lois (notamment en 2005) pour reconnaître la langue des signes mais dans la réalité beaucoup d’enfants en sont privés aujourd’hui encore.
Une loi qui dit aussi aujourd’hui que les parents ont le choix entre une éducation oraliste ou en langue des signes. L’ONU vient même d’adopter une résolution qui dit que l’enfant sourd privé de LDS soit considéré comme une discrimination ».
« Avec cette langue, poursuit Patrick Belissen, on peut tout dire, oui, exprimer plusieurs choses en même temps, des plus concrètes aux plus abstraites ».
Si aujourd’hui d’incontestables progrès ont été réalisés pour l’accueil et la prise en charge des jeunes, voire des bébés sourds, il reste encore beaucoup à faire.
C’est tout le sens du combat de Patrick Belissen et de ses amis. « Notre collectif, OSS, ajoute-t-il, continue à se battre pour que la langue des signes soit inscrite dans la Constitution française, comme la langue française des personnes sourdes… »
* « Paroles de sourds, A la découverte d’une autre culture » est publié aux Éditions La Découverte. Prix : 19, 50 €. Disponible à Poitiers dans les librairies Gibert ou à la Fnac.

Source https://www.lanouvellerepublique.fr - 16 Avril 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.