Enseignement des sourds : L’Ers fête 10 ans au service d’enfants marginalisés

0

L’Ecole renaissance des sourds (Ers) a célébré ses 10 ans au service de l’éducation des enfants atteint de ce handicap. Lors d’une journée portes-ouvertes, les responsables de l’établissement ont demandé aux autorités d’accompagner l’éducation des enfants souffrant de la déficience auditive.

« Arrêter de sous-estimer les enfants sourds ». C’est la conviction de l’Ecole renaissance des sourds (Ers) de Hann Maristes qui a lancé ses activités depuis 10 ans. Pour célébrer cette décennie au service des enfants souffrant de surdité, l’établissement a organisé, le 24 mars 2018, une journée portes-ouvertes autour du thème : « Oui à l’éducation des sourds ». Elle a permis aux parents d’élèves et aux Ong qui participent au financement de l’Ers de se retrouver et d’admirer les expositions d’œuvres d’art, les chants et sketches réalisés par les pensionnaires de l’école.

La directrice de l’Ers, Anne Marie Marone, saluant le travail des élèves, a regretté que « dans nos pays, on met souvent ces enfants en quarantaine, croyant qu’ils sont des incapables ». « Là, on a vu que nos enfants font des œuvres en art, en bijouterie, coiffure. C’était une occasion pour permettre aux parents de voir les réalisations de leurs enfants ; ça les pousse à voir qu’il n’y a pas de handicap en soi », a-t-elle confessé.

Mme Marone a reconnu que le chemin n’a pas été facile. « Mais, par la Grâce de Dieu, nous trouvons les solutions et nous utilisons les signes pour les enseigner », a-t-elle dit. Depuis 10 ans, l’école qui a démarré par l’élémentaire avant d’intégrer le préscolaire et le collège (après le succès des enfants de l’élémentaire), a formé près de 150 élèves sourds. « A part l’Ers, il n’y a pas une autre école qui peut faire le suivi de ces enfants. Cela nous a poussés à faire le suivi et de commencer les cours au niveau du collège depuis 2012. Actuellement, nous avons des enfants qui doivent se présenter au Bfem », a informé la directrice de l’Ers.

Compte tenu des spécialités de l’enseignement des sourds, Anne Marie Marone lance un appel aux autorités par rapport à l’organisation des examens, pour que ces enfants mal entendant puissent avoir leurs épreuves à part. Même si l’école ne reçoit pas d’appui financier, sa directrice a reconnu qu’elle bénéficie d’une aide pédagogique avec le contrôle de l’Inspection de la formation. Cependant, il y a beaucoup à faire, selon elle, pour une très bonne prise en charge. « Les parents sont souvent démunis, mais ils veulent que leurs enfants étudient. Bien qu’étant une école privée, nous les acceptons tous. Seulement, il faut trouver des ressources pour combler le déficit. Nous avons ainsi des bénévoles qui nous soutiennent pour le bon fonctionnement de l’établissement », a fait savoir Mme Marone.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.