La main des sourds

Lui sourd, elle non, ils partent à la recherche d’autres couples mixtes

En bord de Loire, Matthieu et Marion préparent une maison sur roues pour partir à la rencontre d’autres couples mixtes. Un tour d’Europe qui démarre en mars.

Bien gonflée, la Loire clapote à même le quai de Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), à quelques pas du Renault Trafic. Portes arrière ouvertes, la camionnette laisse apercevoir ses premiers aménagements : super-isolation, fenêtre-rideau, plancher nickel chrome. Pendant six mois, voire neuf, ce sera la maison de Marion et de Matthieu. Road movie en vue que tous deux ont baptisé « M&M, L’Europe en un tour 2 mains »« Il nous reste à poser tout ce que Matthieu a fabriqué la mini-cuisine, le lit pliant deux places, les placards »

C’est Marion qui raconte. Des mots qui sortent de sa bouche, qui sortent de ses doigts. A grande vitesse. Matthieu écoute, Matthieu sourit. Matthieu est sourd.

L’amour du voyage ? L’envie d’aller se confronter à la réalité lointaine d’autres couples mixtes comme le leur ? De ces deux objectifs, lequel a surgi en premier ? Pas de réponse tranchée. Le père de Matthieu, Philippe, dans le garage duquel les tourtereaux, jusque-là installés à Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire), aménagent le véhicule, dégaine : « Il a le voyage en lui. Question de culture familiale : sa mère, son frère, lui et moi, on a fait toute l’Europe en voiture et sac à dos. » D’où des anecdotes frappées au coin du bon sens. « On ne l’imagine pas, mais un sourd, à l’étranger, se débrouille mieux qu’un entendant : il a tellement l’habitude de s’expliquer en gestes. C’était toujours lui qui nous permettait de trouver notre route. »

Son amoureuse, pas sa traductrice

Chez Marion, le goût de « l’errance géographique » se mêle à l’envie de témoigner. « Témoigner qu’un couple, a priori « séparé » par la surdité de l’un et l’absence de surdité de l’autre, peut très bien marcher », s’enflamme la jeune assistante vétérinaire de 27 ans, désolée que la France compte si peu d’unions mixtes.

Confronter aussi la langue des signes « française » aux autres, chaque pays ayant sa propre version, d’après le couple. Démontrer enfin l’absurdité de quelques clichés : par exemple, qu’un sourd appareillé n’en devient pas pour autant un entendant parfait ; ou que ce n’est pas plus facile pour un entendant de se retrouver seul au milieu d’un groupe de non-entendants tous copains.

Pas question néanmoins de porter en étendard une soi-disant cause des sourds que d’aucuns victimiseraient un peu vite. Le quotidien de ces deux-là paraît bien trop à l’aune de celui de tous les autres amoureux du monde. Amusé et amusant.

On rit quand Marion raconte leurs tête-à-tête au restau en silence et langue des signes, même au moment de commander : « Il y a des moments plaisir. Là, c’est celui où je suis son amoureuse, et pas sa traductrice. » Pause. Puis : « C’est souvent la peur de ne pas savoir réagir face au handicap qui complique tout. Je me souviens au début de la panique de ma mère face à Matthieu », lâche Marion. Qui ajoute : « Alors que la surdité apporte aussi des possibilités. »

L’Italie, un joli souvenir

Après une scolarité en milieu dit ordinaire, accompagnée par des intervenants spécialisés pour l’anglais et le français, et une formation chez les Compagnons, Matthieu, 29 ans aujourd’hui, est métallier depuis de nombreuses années. Pour le tour d’Europe, il a démissionné, certain de retrouver du travail au retour. Marion a pris un congé sabbatique.

En mars, ils partiront très haut vers le nord avant de repiquer vers les pays baltes et l’Italie. Cette Italie où il y a bien longtemps, Matthieu, en voyage avec ses parents, avait cru que ne vivaient que des sourds comme lui. « Car les gens la-bas parlent beaucoup avec leurs mains. Il avait 7 ans, se souvient Philippe. Et on a beaucoup ri. »

Source http://jactiv.ouest-france.fr - 16 Janvier 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.