La main des sourds

Apprendre la langue des signes pour mieux accueillir les usagers

Dans le cadre de la manifestation “ Ensemble, on s’dit cap ! ”, une cinquantaine d’agents des collectivités ont été sensibilisés à la problématique du handicap.

Le hall d’entrée du palais des congrès avait des allures de salle de classe, vendredi matin. Les yeux fixés sur un tableau, une trentaine de personnes s’appliquaient à reproduire les gestes de Gaëlle Marollaud et Sandrine Rambault. Respectivement présidentes de l’association Ensemble Signons et de l’Association départementale des sourds, elles sont intervenues auprès d’agents des collectivités (1), d’intervenants et de résidents de structures d’accueil de personnes en situation de handicap pour leur enseigner les rudiments de la langue des signes.

“ Frustrant de ne pas se comprendre ”

Dans l’auditorium voisin, des agents techniques étaient sensibilisés à la réglementation et aux normes d’accessibilité pour les bâtiments, avant de déambuler en ville pour voir sur le terrain ce qui pourrait être amélioré pour faciliter la circulation des personnes handicapées.
Des ateliers organisés dans le cadre de la manifestation « Ensemble, on s’dit cap ! », dont la première édition s’est achevée hier. « Les collectivités s’adressent à l’ensemble des citoyens et ne doivent oublier personne, rappelle Albert Boivin, conseiller municipal à Parthenay et membre de la commission intercommunale pour l’accessibilité. Les handicaps sont variés et la réponse de la commission ne doit pas être purement technique. » Pour Laurent Rouvreau, adjoint au maire en charge du cadre de vie, « ce sont souvent des petits détails qui peuvent améliorer le quotidien des gens ». Pour continuer dans cette voie, mais aussi changer le regard des gens sur le handicap, l’élu précise que « l’idée, c’est de pérenniser et de décentraliser la manifestation ».
Ce qui ne devrait pas déplaire à Natacha Léger, qui a fait partie de la cinquantaine d’agents concernée par cette journée de sensibilisation. « C’est très intéressant car on s’aperçoit que la langue peut être une grosse difficulté dans notre métier, explique cet agent d’accueil à l’hôtel de ville. On a appris des choses simples et utiles en langue des signes, comme dire “ bonjour ”, “ merci ” ou “ est-ce que je peux vous aider ? ”. Mais il est plus compliqué de faire des phrases. »
Pour approfondir, elle ne serait pas contre l’idée de suivre une formation complémentaire car « c’est très frustrant de ne pas se comprendre avec les gens qui viennent à l’hôtel de ville : cela nous donne l’impression de ne pas faire notre travail correctement ».
(1) Communauté de communes, Ville de Parthenay et communes environnantes.

Source https://www.lanouvellerepublique.fr - 5 Novembre 2017 à Parthenay

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.