Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

L’école des sourds embauche ses emplois aidés pour maintenir ses activités éducatives

L’établissement, qui pensait devoir arrêter ses activités du mercredi et des vacances à cause de la suppression d’emplois aidés, a finalement trouvé une solution.

Pour pouvoir maintenir ses activités éducatives, l’école intégrée Danielle Casanova (EIDC) d’Argenteuil, réservée aux enfants et jeunes déficients auditifs, va embaucher ses emplois aidés. Et ceci pour pallier la décision du gouvernement de supprimer près de 200 000 contrats aidés. « Une super nouvelle » pour la direction, qui avait dû envisager un temps de supprimer ses temps forts éducatifs du mercredi après-midi et des vacances scolaires. En effet, ces activités dépendaient en grande partie de ces cinq personnes, dont les contrats sont arrivés à échéance le 2 octobre dernier pour deux d’entre eux, et dans les prochaines semaines pour les trois autres. « La direction de l’école nous avait prévenus que ces temps d’accueil du mercredi et des vacances scolaires allaient être supprimés à cause de la non-reconduction des emplois aidés, explique Jérémie, père d’un petit garçon de 10 ans scolarisé à l’EIDC. Ça allait nous poser problème en termes d’organisation pour nous parents mais aussi d’un point de vue éducatif, car cette prise en charge est spécialisée, les éducateurs connaissent le langage des signes, ils font travailler la communication ». Finalement le problème a pu être évité, pour le plus grand soulagement des parents. Mais non sans de gros efforts de réajustement du budget.

Les Pep Grand Oise (Association Départementale des Pupilles de l’Enseignement Public de l’Oise et du Val-d’Oise), structure qui gère cet établissement accueillant 235 élèves en tout (dont 70 tous les jours), a finalement trouvé un compromis pérenne qui devrait bientôt être validé par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Ce lundi, le conseil d’administration de l’association a voté ce nouveau budget à moyens constants. En faisant des économies d’échelle, notamment sur le transport des enfants, l’association va pouvoir embaucher ces cinq personnes et proposer des parcours de formation « moniteur-éducateur » à trois d’entre eux. « Nous avons énormément travaillé, tout tourner dans tous les sens pour trouver une solution, souligne Jean-Luc Caron, président de l’association. Cela ne changera strictement rien au niveau du personnel et de leur activité, cela ne viendra pas amoindrir les activités pour les enfants ». « Cet argent aurait pu être mis ailleurs », regrette tout de même Estelle, maman d’une petite fille scolarisée à Casanova.

L’association Les Pep Grand Oise gère près de 460 salariés dans plusieurs structures du Val-d’Oise (EIDC à Argenteuil et le service d’intégration des aveugles et mal-voyants de Cergy-Pontoise), mais aussi de l’Oise. Elle ne comptera désormais plus aucun emploi aidé. « Finalement ça nous a obligés à creuser, chercher des solutions, tout le monde y gagne, les personnes en contrats aidés et les enfants qui seront toujours avec les mêmes personnes, constate son responsable. Mais nous avons pu le faire car nous sommes une grosse structure, pour les petites associations c’est vraiment compliqué ».

Source http://www.leparisien.fr - 17 Octobre 2017 à Argenteuil
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.