Malache au pied du podium aux JO

0
Renaud Malache a vécu intensément les Deaflympics de Samsun

Pour sa première participation aux Deaflympics, Renaud Malache signe une 5e place prometteuse.

De son propre aveu, Renaud Malache, 20 ans à peine, vient de vivre une des plus belles expériences de sa carrière sportive. C’est que le judoka walhinois a pris part aux Deaflympics, les Jeux olympiques réservés aux sourds et malentendants, ce week-end en Turquie.

«Je savais que ce ne serait pas une compétition comme les autres mais pas à ce point-là, se souvient le sociétaire du Judo Club Namurois, vice-champion du monde en titre. Contrairement à l’année passée où j’avais combattu à Samsun pour les Mondiaux, tout était beaucoup plus grandiose cette fois-ci. L’ambiance dans le village olympique était bien différente par exemple: il y avait beaucoup plus de sportifs et de nations représentées. Pour moi qui ai l’habitude de ne croiser que des judokas, c’est vraiment spécial de parler avec des athlètes qui pratiquent d’autres disciplines. J’en ai profité pour nouer des contacts avec des Coréens, des Canadiens et des Brésiliens notamment. L’atmosphère était vraiment sympa, comme dans la délégation belge. »

Souvent cité comme une des principales chances de médaille dans le clan belge, Renaud Malache, sourd depuis qu’il a contracté une méningite à l’âge de quatre mois, termine finalement au pied du podium turc.

Encore plus motivé

«J’espérais sincèrement décrocher une médaille car je me suis préparé à fond pour ce tournoi, mais j’étais un peu trop court en petite finale, reconnaît le Brabançon. Je pense aussi que le stress a joué contre moi. Est-ce que je suis déçu? Pas vraiment. Je n’ai pas à rougir de mes prestations car le niveau était beaucoup plus élevé qu’aux Mondiaux de l’année passée. Et puis, terminer à la 5e place de mes premiers Jeux, ce n’est pas si mal.»

Fier de lui et des progrès qu’il a déjà accompli sur les tapis, Renaud Malache se projette déjà dans l’avenir. Les championnats de Belgique, l’Open de Visé, les championnats d’Europe 2019 ou encore les Mondiaux 2020, le Walhinois en veut toujours plus. «Et ça, c’est en partie grâce à ces Deaflympics. Je me rends compte que j’approche de mes objectifs mais qu’il me reste encore un peu de chemin à parcourir pour les atteindre. Aujourd’hui, je suis déterminé plus que jamais à tout faire pour réussir et ne pas rater la médaille lors des prochains JO.»

 

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.