L’Etat pourrait prendre en charge les frais d’interprètes

Le Grand-Duché compte actuellement quelques 400 personnes sourdes ou malentendantes. La majorité d’entre elles ne connaissent pas la langue des signes.

Un projet de loi sur la reconnaissance officielle de la langue des signes est en discussion à la Chambre. L’objectif est, qu’à l’avenir, toute personne sourde ou malentendante, ait le droit de recourir à la langue des signes ou à un interprète en langage des signes, dans ses relations avec une administration publique. Le coût sera pris en charge par l’Etat. La ministre de la Famille et de l’Intégration, Corinne Cahen a apporté des précisions supplémentaires lundi en commission parlementaire.

Le projet de loi concerne aussi l’enseignement. Le texte prévoit que tout élève sourd ou malentendant pourra utiliser la langue des signes et cela, aussi bien au primaire qu’au secondaire. La langue des signes allemande sera également appliquée au Centre de Logopédie.

Il faudra toutefois disposer des interprètes nécessaires ainsi que des enseignants pour apprendre ce langage. De toute manière, les nouvelles règles qui concernent l’enseignement ne pourront entrer en vigueur que dans deux ans au plus tôt, quand la loi sera appliquées. Par ailleurs, les parents ainsi que les frères et sœurs d’une personne qui utilise la langue des signes, pourront apprendre cette forme particulière de communication. Les frais seront pris en charge par l’Etat à hauteur d’un maximum de cent heures.

A la Chambre, tous les grands débats en séance plénière sont traduits en langage des signes. Pour l’instant, seules deux personnes y sont employées comme interprètes formés pour la traduction du luxembourgeois en langue des signes allemande.

Source http://5minutes.rtl.lu - 20 Juin 2017
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.