Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

La Haute-Vienne peut (beaucoup) mieux faire pour l’accueil des sourds dans les services publics

« Il commence à y avoir de la sensibilisation, mais ça ne va pas assez loin. Il y a beaucoup de travail. »
Interrogée sur l’accessibilité pour les personnes sourdes et malentendantes des principaux services administratifs, la réponse d’Alexie Faure, présidente de la Maison des sourds de Limoges, est sans concession vu le peu de dispositifs existants à l’heure actuelle. Le point (non exhaustif)…

Aller… à la CAF
C’est, de loin, l’administration la plus au fait en matière d’accueil d’un public malentendant. Un accueil par visio-interprétariat y est disponible aux heures d’ouverture des services et permet, via une webcam, de s’entretenir avec un interprète en langue des signes.

À la mairie de Limoges
Elle proposait elle aussi un centre relais téléphonique. « Mais il fallait un rendez-vous pour y accéder. C’était contraignant », regrette Alexie. Des freins dont la mairie de Limoges a pris conscience, au point de prendre une décision radicale : stopper le service et le substituer par un accueil physique deux demi-journées par mois (une fois le lundi matin, une fois le lundi après-midi). Une interface plus humaine dans tous les sens du terme mise en place depuis le 15 mai avec des bénévoles de l’association limougeaude « LSF Pi Tous » et appelée à se développer.

Au commissariat de police
Ici, rien n’est prévu pour l’accueil des personnes sourdes et malentendantes non accompagnées d’un interprète. Lorsqu’elle a été victime d’un accident de voiture, Alexie avoue avoir « perdu un temps fou pour savoir comment [s]’organiser, pour avoir un début de communication. En plus il y a un interphone pour entrer… Avec la personne qui a pris ma déposition, on s’est débrouillé en passant par l’écrit, mais le français n’est pas acquis par tous les sourds… »

Des leçons de code de la route adaptées aux sourds à Rilhac-Rancon

À la préfecture
Un appareil d’amplification installé à l’accueil de la préfecture permet d’échanger avec les personnes malentendantes. Pour les personnes sourdes, c’est là aussi le système D : la communication s’effectue par écrit sur une feuille de papier…

Au tribunal
Malgré une cité judiciaire flambant neuve, aucun accueil particulier n’est prévu. Par ailleurs, en cas de comparution, une seule traductrice en LSF (langue des signes française) est assermentée et peut donc officier.

À la CPAM
Alexie Faure l’assure tout de go : « Je ne mets plus les pieds à la Sécu ! » Et pour cause : rien n’est prévu pour accueillir au mieux les sourds. L’organisme, situé avenue Jean-Gagnant à Limoges, rappelle toutefois la présence d’écrans d’information et que son site internet Ameli.fr permet de réaliser par courriel la majeure partie des démarches


Et pour…
Appeler les secours. À une époque où la plupart des Français possèdent un téléphone portable, les personnes sourdes et malentendantes communiquent essentiellement par SMS. Celles qui le peuvent utilisent également la visio. En cas de situation d’urgence, un numéro unique permet de contacter par SMS les pompiers, la police ou le SAMU : le 114.

Aller au cinéma. Alors que les séances sous-titrées se font rares en Haute-Vienne, surtout pour des films français, à Saint-Junien, on a décidé depuis le mois de mai de proposer au minimum une séance en audio description et sous-titrée par semaine. À Saint-Léonard, depuis deux ans et demi, c’est une fois par mois.

Voter. L’association « LSF Pi Tous » a organisé le 7 avril salle Blanqui, à Limoges, une réunion très suivie autour de l’élection présidentielle. Objectif : traduire les points principaux des programmes des onze candidats alors en lice.

Source http://www.lepopulaire.fr - 29 Mai 2017
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.