La main des sourds

L’AS Poitiers garde son titre

L’Association des Sourds de Poitiers a organisé hier ses premières phases finales sur deux sites. Champion en titre, Poitiers a récidivé avec la manière.

Au-delà de la victoire finale, l’AS Poitiers (3e de la phase régulière et finaliste malheureux de la coupe de France) passait un test grandeur nature en terme d’organisation samedi. Pour la première fois de sa courte histoire, le club du responsable-entraîneur-joueur Damien Mignot (34 ans) accueillait les phases finales du championnat de France. Soit chez les hommes et les femmes les quatre premiers à l’issue d’un championnat de dix journées (1). « Après la coupe de France en 2014, c’était une grande responsabilité et un honneur de recevoir les meilleures équipes françaises du moment », expliquait celui qui est à l’origine de la création de la section. C’était en 2008 et l’équipe était alors rattachée au club de Sèvres-Anxaumont. Depuis cinq ans, elle vole de ses propres ailes et plutôt dans les hautes sphères à en juger par le titre national décroché en 2016. Historique.

Inusable Daniel Palcy

Derrière la belle histoire se cache une autre histoire pas moins passionnante. Parmi les dix éléments qui composent la formation aux maillots bleus (lire par ailleurs) évolue un certain Daniel Palcy. Le passeur de bientôt 60 piges rappellera bien des souvenirs aux amateurs de football. Dans les années 1980, il était un attaquant véloce et adroit au Stade Poitevin, alors pensionnaire de 3e division (le CFA d’aujourd’hui). Son handicap suscitait la curiosité à l’époque sans perturber son jeu ni son entente avec les partenaires. Il a fait un tas d’émules depuis, puisque 50 % des volleyeurs de l’ASP sont par ailleurs licenciés au Stade Poitevin Volley Beach.
Le doyen de l’ASP reste un compétiteur né qui a fait de sa surdité une force, un atout dans le dépassement de soi. « Pour la plupart d’entre-nous, la surdité n’est pas un handicap, confirme Damien Mignot. Nous avons notre propre langue des signes, notre propre culture. » Ces sportifs à part entière sont davantage perturbés dans la vie de tous les jours. A l’image du téléphone pour sourd… qui est fermé jusqu’en octobre 2018. « Vive l’accessibilité en France », concluait Damien Mignot qui s’est consolé à travers une organisation parfaite.

l’équipe

Jean-Thierry Imbola (49 ans, passeur), David Legendre (23 ans, complet), Sylvain Plantey (27 ans, poste 3), Nicolas Arnoux (26 ans, poste 4), Pedro Faussau (42 ans, central), Daniel Palcy (59 ans, passeur), Damien Mignot (34 ans, complet), Bastien Dubois (34 ans, pointu), Mickaël Serra (32 ans, poste 4).

résultats

Demi-finales femmes à Buxerolles (gymnase André Messy)
ASLS Torcy – Toulouse : 3-0 (25-17, 25-18, 25-16)
SPS Paris – CSM Paris : 3-0 (25-21, 25-20, 25-22)
Demi-finales hommes à Poitiers (gymnase de Touffenet)
SPS 1 Paris – CS Rennes : 3-1 (26-24, 23-25, 25-22, 25-23)
SPS 2 Paris – AS Poitiers : 0-3 (17-25, 22-25, 22-25)
Petite finale hommes
CS Rennes – SPS 2 Paris : 0-3 (19-25, 21-25, 21-25)
Petite finale femmes
Toulouse – CSM Paris : 3-0 (25-20, 25-19, 25-19)
Finale femmes
SPS Paris – ASLS Torcy : 3-0 (25-7, 25-23, 25-21)
Finale hommes
SPS 1 Paris – AS Poitiers : 0-3 (18-25, 18-25, 20-25)

classement

Le classement du championnat chez les hommes après la phase régulière (10 journées) : 1. SPS 1 Paris 26 pts, 2. SPS 2 Paris 22 pts, 3. AS Poitiers 19 pts, 4. CSS Rennes 17 pts, 5. AS Toulouse 3 pts, CSSM Paris 3 pts.

Source http://www.lanouvellerepublique.fr - 21 Mai 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.