Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Leïla Anjoure-Apourou, première dauphine de Miss France sourde

Étudiante en Île-de-France, Leïla Anjoure-Apatou, une Petite-Bourgeoise de 22 ans est devenue première dauphine Miss France sourde 2017. Elle a également obtenu le titre de Miss photogénie le 4 mars, à Villejuif en région parisienne.

« C’est une grande fierté pour elle et pour toute pour toute la famille » , lance Nadine Anjoure-Apourou. Quatre semaines ont passé mais les yeux de la mère de Leïla Anjoure-Apourou brillent toujours. Sa fille est devenue première dauphine de Miss France sourde 2017. Et elle n’en revient toujours pas.
Le 4 mars à Villejuif (Val-de-Marne), s’est déroulée la 7e édition de l’élection de Miss France sourde, organisée par la Fédération des sourds de France. Au cours de cette soirée, le Mister France sourd a également été élu. Cinq jeunes femmes et cinq jeunes hommes concourraient. Pour l’élection de la miss, outre les habituels passages en tenu de soirée, les candidates devaient assurer une prestation de 2 minutes où elles devaient mettre en avant leur région d’origine. Bien que domiciliée dans le Val-de-Marne, Leïla a souhaité s’inscrire en tant que représentante de sa commune de Petit-Bourg et de la Guadeloupe. C’est pour cela qu’elle a présenté le gwoka comme danse traditionnelle de son terroir. Sur scène, la jolie petite-bourgeoise a dansé sur le son d’un tan-bouyé sourd et originaire de la Guadeloupe comme elle.
Cette prestation et les autres lui ont permis d’accéder à la deuxième marche du podium.
FASHION WEEK À PARIS
Nadine est fière et rayonnante aujourd’hui. Mais elle n’avait pas vraiment été emballée lorsque sa fille lui a annoncé son intention de participer à ce concours. « Ne connaissant pas du tout le milieu des miss, je n’étais pas rassurée et même inquiète, raconte-t-elle. Mais l’équipe de l’organisation a su me convaincre, me rassurer. » Quant à Leïla, elle avait plus d’assurance avant de se lancer dans l’aventure. L’année d’avant, elle avait assisté à cette élection et s’était laissée aller à y penser. Sans plus. Quelques mois plus tard, l’étudiante, qui se prépare à devenir formatrice en langue des signes, est sollicitée. Elle donne suite surtout lorsqu’on lui sort le bon argument : ce sera l’occasion de représenter les Dom, ce qui n’est encore jamais arrivé. La suite, on la connaît. Leïla se présente et figure brillamment au point d’obtenir la place de première dauphine sous les yeux de sa maman, qui a fait le déplacement. Un mois plus tard, sa mère Nadine est persuadée que « ça lui permet d’avoir plus confiance en elle » . Pour la première dauphine de Miss France sourde 2017, l’aventure se poursuit. En septembre, elle doit participer à la Fashion Week à Paris. Et en octobre, dans un lieu encore à préciser mais à l’étranger, Leïla doit prendre part à Miss Célébrités, un autre concours de beauté réservé aux sourdes.
Leïla a effectué une prestation de gwoka accompagnée d’un tanbouyé sourd et d’origine guadeloupéenne comme elle.
ELLE A DIT Leïla Anjoure-Apourou, première dauphine Miss France sourde 2017 : « Je ne regrette pas ma décision »
« Je suis très contente car ça a été une belle aventure. Je ne regrette pas ma décision. C’est un peu un rêve que je pensais inaccessible. Avec ma petite taille et ma surdité, je croyais que les concours de miss, ce n’était pas pour moi. Je suis fière d’avoir eu le courage de le faire. Quand je reviendrai en Guadeloupe, je veux prouver que les sourds sont capables de faire aussi bien que les autres. »
Source http://www.guadeloupe.franceantilles.fr - 5 Avril 2017
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.