La main des sourds

Sonia Dartiguepeyrou : la langue au bout des doigts

«On est là pour prendre des risques, se lancer de vrais défis, s’imposer de nouvelles aventures. Le même boulot pendant 40 ans, pour moi, ce n’est pas possible. Il faut vivre, vivre encore.»

Sonia Dartiguepeyrou est de ces personnages qui arrivent sourire aux lèvres, le pas décidé, le verbe rapide. De cette philosophie de vie, elle en a fait sa vie. «Rien ne me prédestinait à apprendre la langue des signes. C’est mon parcours, ma curiosité qui m’ont amenée vers elle.» De son parcours de vie, parlons-en. Toulousaine depuis son premier cri, elle décide, après le bac, de se lancer dans un DUT communication événementiel. «J’étais naïve. Je croyais qu’en faisant ces études, j’allais aider l’humain.» En fait d’humain, c’est l’entreprise avec qui il faut communiquer. Premier changement de cap. «J’ai su que ce DUT n’était pas pour moi. Alors, j’ai tout lâché.» Reste qu’il faut bien manger. «J’ai vécu des années de petits boulots comme au tabac-presse de la gare Matabiau. C’était enrichissant car il y avait l’humain, des sourires, de la gentillesse. Enfin parfois.» Puis un jour, la rencontre. Une connaissance lui parle de la langue des signes. Une découverte. «Cela demande une vraie énergie du corps pour développer l’expression visuelle. Et il y a le mystère de ses gestes secrets. Ce fut une vraie émotion pour moi.» Sonia décide de reprendre les études pour s’initier. «Une fois encore, cette nouvelle vie tape à ma porte. Un humoriste sourd, Jef’s me demande de faire la communication pour ses spectacles. J’accepte, j’adore.» En même temps, elle devient interprète pour les entreprises. «Il faut bien vivre, mais c’était plaisant.» C’est alors que Sonia est contactée par l’École des Mines d’Albi-Carmaux pour développer une option sur la langue des signes auprès des futurs ingénieurs (lire encadré).

«Longtemps j’ai hésité. Je ne me voyais pas enseigné devant des étudiants. Je pensais que je n’avais pas les clés». Finalement la jeune femme passe le pas, accepte, se lance. «C’est une nouvelle page de ma vie qui se tourne. Là aussi, j’ai bien fait. J’adore.» Aujourd’hui, Sonia continue de perfectionner son enseignement qui commence à intéresser de plus en plus le monde enseignant.

«Les écoles et les universités toulousaines m’ont contactée pour lancer chez eux ce que l’on a initié avec l’École des Mines. C’est chouette que l’on s’intéresse à mon travail et par écho à cette langue des signes.»

Sonia est aujourd’hui à la place qu’elle désirait.

«Quand j’ai dit à ma mère que je voulais me spécialiser dans cette voie, elle m’a répliqué -tant mieux- tu parleras moins» conclut-elle en éclatant de rire, avant de reprendre la direction de l’École des Mines avec comme richesse, cette langue qu’elle possède au bout de ses doigts.

1986

Naissance à Toulouse.

2004/2006

DUT de communication.

2006/2010

Elle multiplie les petits boulots.

2011

C’est la rencontre avec la langue des signes.

2013

Sonia reprend ses études pour devenir interprète.

2015

Elle accepte de se lancer dans l’enseignement de la langue des signes à l’Ecole des Mines.

2017

Ce projet éducatif fonctionne tellement bien que plusieurs écoles et les facs toulousaines sont intéressées.


Le succès du langage des signes à l’École des Mines

Tout a commencé lors de la rentrée 2015-2016. «On a lancé cette option sans pression de note pour proposer une discipline originale pour ces futurs ingénieurs. On m’a dit que si j’avais cinq élèves avec moi, ce serait pas mal. On s’est retrouvé à 45. C’est génial.» L’objectif de ces cours est de développer l’expression corporelle et améliorer l’oral pour les étudiants.

«On est là pour faire ressortir les émotions, supprimer la timidité. On rit beaucoup dans ces cours. Et ça marche. On a remarqué que les étudiants qui avaient pris cette option langue des signes s’amélioraient sensiblement pour les examens oraux.» Et pour cette année 2016-2017, le bouche-à-oreille a fonctionné. L’option enseignée par Sonia fait le plein.

Source http://www.ladepeche.fr - 25 Mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.