Le dépistage auditif, qui est obligatoire depuis 2012, permet d’établir un diagnostic dès l’âge de quatre mois…

Avant 2012, la France accusait un retard d’une dizaine voire quinzaine d’années sur les autres pays occidentaux. Depuis, elle a su se mettre au diapason. Le dépistage de la surdité chez les nouveaux-nés est désormais obligatoire. Et les Hospices civils de Lyon (HCL) labellisés Centre Expert de l’Audition et de l’équilibre de l’enfant, sont devenus l’une des références en la matière.

A Lyon, chaque année, 70 bébés sont diagnostiqués sourds. « En moyenne, un enfant sur 700 est atteint de surdité dès sa naissance. Dans 90 % des cas, les parents entendent parfaitement », dévoile le professeur Hung Thai-Van, responsable du centre expert et chef du service d’audiologie et d’explorations otoneurologiques aux HCL.

Un diagnostic à partir de 4 mois
Aujourd’hui, il faut moins de dix minutes pour tester les deux oreilles d’un nourrisson, sans qu’il souffre. « En cas de suspicion, et après avoir effectué un nouveau test, on oriente les parents vers le centre expert pour un bilan approfondi. De fait, on peut savoir au bout de quatre ou cinq mois qu’un enfant est sourd et commencer la prise en charge thérapeutique dès l’âge de six mois », explique le professeur Thai-Van. Une révolution dans le monde médical.

« Avant, le diagnostic était établi vers 18 mois voire parfois 3 ans. Ce qui est extrêmement tard. On s’apercevait que l’enfant n’entendait pas car il ne parlait pas », poursuit le médecin, précisant que les bébés peuvent désormais avoir desimplants cochléaires à un an.

Combler le retard de langage
« L’idéal est d’être implanavant trois ans. Les différentes études ont montré que les enfants sourds profonds, implantés avant l’âge de 18 mois, sont ceux qui ont le plus de chance de développer un langage identique à celui des enfants entendants. D’où l’importance d’un dépistage précoce. Et pour les parents, il n’y a plus d’obligation d’apprendre la langue des signes ». Une importance double lorsque l’on sait que deux tiers des enfants « profondément » sourds ont des troubles associés de l’équilibre que le centre expert des HCL prend également en charge.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.