A la une

Il crée un boîtier pour que les sourds entendent les alarmes

Quentin Wavelet, étudiant en IUT électronique à Bordeaux, a inventé un boîtier pour permettre aux sourds de percevoir des alarmes. L’idée est simple : dès qu’une sonnerie retentit, l’appareil vibre et une image correspondant à l’alerte (une flamme, un chien, un portail…) s’affiche. Le jeune homme recherche actuellement des financements.

« Une amie m’a raconté que son papa, sourd, était resté dans sa chambre d’hôtel alors qu’il y avait le feu », se rémémore Quentin Wavelet. Comment faire pour qu’une personne sourde entende une alarme incendie ? C’est la question à laquelle l’étudiant en IUT électronique à Bordeaux tente de répondre. Depuis un an, il planche sur un boîtier de la taille d’un smartphone, appelé le Deaf’tab. Cette machine communique avec des émetteurs radio posés à côté des appareils supposés sonner. « Cela peut être un portail, un four ou encore le bruit d’un chien qui aboie à la porte. Quand ça sonne, une image s’affiche – par exemple une flamme – et l’appareil vibre », détaille le jeune originaire de Mont-de-Marsan (Landes).

Ce qui était un projet scolaire à la base est devenu aujourd’hui un investissement personnel. Avec deux amis, Quentin a monté son association et travaille le soir et le week-end sur son boîtier. « Cela me prend trois ou quatre heures par jour. J’ai dû arrêter mes activités personnelles, je faisais du violon avant. » Lui s’occupe de la partie électronique. Tony Duong, un autre étudiant, travaille sur l’informatique et Marion Delgrange est chargée de la communication.

Une start-up pour bientôt ?

Aujourd’hui, l’équipe a construit deux prototypes. Ils effectuent des tests et recherchent des partenaires. « Des hôtels de la Côte d’Azur qui reçoivent souvent des personnes âgées souhaitent être équipées. » En effet, le Deaf’tab ne s’adresse pas uniquement à des personnes sourdes, mais aussi à des enfants handicapés mentaux ou des personnes âgées. « Les alarmes peuvent être mal perçues. Ces personnes peuvent confondre la sonnerie du four et celle de l’incendie », atteste le jeune homme. Grâce à l’image qui s’affiche sur le boîtier, il est ainsi plus facile de faire la différence entre ces sons parfois similaires.

Une campagne de financement participatif a été lancée pour permettre d’acheter une imprimante 3D et des composants. « Avec cet argent, nous pourrons fabriquer d’autres appareils et les commercialiser. » Quentin espère vendre son boîtier et ses émetteurs pour une centaine d’euros. Pour le moment, le jeune homme souhaite rester une association : « S’il y a un marché et que les ventes sont bonnes, nous réfléchirons à monter une start-up à la fin de nos études, en 2018. »

Source
http://jactiv.ouest-france.fr - 23 Février 2012
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.