Documentaire passionnant sur la surdité

0
Marie-Béatrice Pierre, interprète, traduit le débat après la projection du film

Dans le cadre du Mois du film documentaire, l’équipe de la bibliothéque, en particulier Giani Micelli, a invité le public à découvrir le film de Laetitia Carton, « J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd ». La réalisatrice le présente ainsi : « Ce film est adressé à mon ami Vincent, mort il y a dix ans. Vincent était sourd. Il m’a initiée à la langue des signes. Je lui donne des nouvelles d’un peuple qui lutte pour défendre sa culture et son identité ».

Encore des progrès à faire

En effet, le documentaire montre le combat des malentendants pour avoir le choix d’une éducation basée sur la Langue des signes française (LSF), plutôt que sur une oralité appareillée. En 1880, le congrès de Milan décrète que « la méthode orale pure doit avoir la préférence », c’est encore la position de la majorité du corps médical et des éducateurs.

Puis, dans les années 80, se produit ce que les intéressés appellent le « réveil sourd », la philosophie bilingue LSF\français commence à germer dans les esprits. Ce concept est popularisé par Emmanuelle Laborit, comédienne sourde qui en 1993, reçoit le Molière de la création théâtrale. Progressivement, les mentalités évoluent et le combat mené depuis 25 ans porte ses fruits. En 2005, la loi reconnaît la langue des signes comme langue à part entière ; en 2008, c’est une option au bac et, en 2012, le Capes est créé.

Malgré ces avancées, seuls 5 % des enfants sourds reçoivent un enseignement en langue des signes (13 classes de primaire, 4 collèges et 4 lycées). Des chiffres qui expliquent le taux encore trop important d’illettrisme dans la communauté sourde, plus de 80 %.

Après la projection, le débat a surtout porté sur les différences de position chez les malentendants présents dans l’assistance. Un débat instructif, traduit en langue des signes par Marie-Béatrice Pierre, dite « casquette », interprète.

Avec son film, Laetitia Carton fait découvrir un peuple uni autour d’une langue, en lutte contre une société incapable de percevoir la surdité autrement que sous l’angle du handicap.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.