Deux ados répandent la langue des signes

Fanny et Camille, tous deux âgés de 15 ans, ont lancé bénévolement, le 2 décembre, un atelier du vendredi destiné aux enfants et aux adultes. Le fruit d’une histoire peu commune.

Leur complicité est belle à voir. Fanny Devaux et Camille Mazur, 15 ans tous deux, sont amis depuis toujours. Ces deux adolescents de Guiscard ont décidé de faire découvrir la langue des signes, par le biais d’un atelier qui se déroule chaque vendredi, depuis le 2 décembre, au centre social. Une initiative inédite dans le Noyonnais. Si les deux complices partagent à fond ce projet, l’idée en revient à Camille, qui avait commencé par des recherches sur Internet.

« Nous commencerons par les scènes de la vie quotidienne »

Fanny s’est laissée convaincre, malgré quelques réticences au début. Il faut dire que la jeune fille n’aime pas le regard que les autres posent sur elle et sa famille, lorsqu’ils communiquent en langue des signes. Ce sont en effet ses parents qui sont atteints de surdité.
« Mon père est sourd et muet, et ma mère malentendante », confie la Magnienne. Si les signes sont familiers pour Fanny, Camille a pour sa part appris à les apprivoiser au fil des années et des visites chez son amie. C’est au centre social de Guiscard que le duo a donc décidé de poser le cartable de professeur, depuis hier. Habitués à participer régulièrement aux sorties ados du centre, ils ont changé de casquette.
Très motivés, Camille et Fanny avaient bien en amont préparé leur programme. « Nous commencerons par enseigner l’alphabet, puis le langage des signes pour les scènes de la vie quotidienne, comme aller chez un commerçant », explique Fanny. Des situations déjà vécues avec ses parents qui n’ont pas toujours été évidente, des deux côtés.

Engouement sur Facebook

Les nouvelles séances étaient censées s’adresser au départ aux 10-20 ans, mais elles ont vite été ouvertes aux adultes, au vu des fortes demandes sur la toile, via la page facebook du centre social où les commentaires d’encouragement abondent. « Lorsque Camille est passé un soir me faire part de son projet, je n’ai pu que l’approuver et l’encourager », confie la directrice du centre social, Carine Fernon. D’autant que ce projet s’inscrit dans celui de la structure, axé sur le partage de savoirs. Plusieurs ateliers comme la broderie, la couture, l’anglais, mais aussi dernièrement le tricot, existent déjà.
Grâce à ce nouvel atelier, la population magnienne pourra peut-être d’ici quelques semaines « échanger quelques mots » avec Jean-Claude, le papa de Fanny, employé municipal à Noyon, mais aussi avec d’autres sourds et muets. Sans aucun tabou.

Atelier chaque vendredi, de 17 h 45 à 18 h 45, au centre social, rue de l’Épée. Tarif : 2,50 euros pour les enfants et adolescents, 5 euros pour les adultes. RaRenseignements au 03 44 43 17 17.

Source http://www.courrier-picard.fr - 2 Décembre 2016
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.