L’initiation à la langue des signes fait de plus en plus d’adeptes

Le salon de thé Chez Sido propose, les lundis soirs, une initiation à la langue des signes. L’occasion d’apprendre un nouveau langage.

2016-11-14-1
Yvon et José apprennent à signer leur prénom autour d’un chocolat chaud
«Nous allons revoir l’alphabet. » Dans le petit salon de thé Chez Sido, une dizaine de personnes attablées, regarde attentivement Inez Von Noorth. Elle initie, tous les lundis soirs depuis le début du mois de juin, à la langue des signes. « J’ai appris à signer avec une personne sourde, explique-t-elle. Je trouve que c’est un beau moment de partage. » Lorsque Catherine, la gérante de Chez Sido, lui a demandé de faire cette initiation bénévolement, elle a tout de suite accepté. « Ca permet d’avoir les bases pour communiquer. »

Les regards sont concentrés sur les gestes des mainsLes bases, elles ont fait défaut à Catherine, qui s’occupe également de la librairie de la cathédrale d’Auxerre, lorsqu’elle s’est retrouvée devant des personnes sourdes. « Je me suis sentie bête, incapable de répondre à leurs demandes et même de leur dire bonjour, explique-t-elle. Et je trouve ça beau que des gens qui ne se connaissent pas, viennent ici pour communiquer et échanger. »

C’est dans une ambiance studieuse mais bon enfant qu’Yvon, José, Anna, Liliane et les autres signent leurs prénoms. Au moment de communiquer entre eux, pas un bruit évidemment, les regards sont concentrés sur les gestes des mains. « Le N c’est la même configuration que le U », rappelle Inez, « Pour le Z, souvenez-vous de Zorro. » « Je n’y arriverai jamais », se désespère Yvon, tout en persévérant.

Inez passe ensuite aux chiffres, à la météo et au mois de l’année. « Les gros mots nous les avons vus la semaine dernière », sourit-elle. Comme dans tout nouvel apprentissage, les basiques ne changent pas. En ce qui concerne les émotions, l’expression du visage est importante. « Ah ben comme ça, on ne peut pas tricher », lance un participant. C’est en répétant que les signes commencent à rentrer. « Déjà, il faut assimiler l’alphabet ou des moyens mnémotechniques comme pour les mimes. » Quelques minutes avant la fin de la séance, certains participants s’essayent au dialogue signé. Commence alors le grand jeu de déchiffrage. « Il nous reste beaucoup de chose à apprendre », lance José.

« C’est un langage universel »Après l’initiation, le temps de finir les thés et chocolats servis par Catherine, les apprentis signeurs conversent ensemble dans un mélange de signes et de paroles. Liliane est une habituée du lieu, elle en est à son troisième cours. Il y a quelques années, à la suite d’un accident, elle s’est retrouvée quelque temps handicapée moteur. « J’étais également en présence de personnes sourdes et l’envie m’est venue d’apprendre la langue des signes pour parler avec eux » Habituée du salon de thé, elle s’est dit que ça serait une bonne alternative, gratuite, à un véritable enseignement.

Entre deux séances d’initiation, Liliane révise chez elle sur Internet et avec des livres. « Je fais encore des erreurs mais je trouve ce langage formidable. Il est universel. »

Pratique. Initiation à la langue des signes. Chez Sido, 6 rue Faillot. Tous les lundis à 18 heures. Renseignements au 03.45.75.00.45. Gratuit.

Source http://www.lyonne.fr © 10 Novembre 2016
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.